15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300 0
   
Vue panoramique Incity (Valode&Pistre)

Tour Incity, la première pierre est posée

C’est enfin parti pour Incity, la tour de 200 mètres qui détrônera le célèbre « crayon » Lyonnais en 2015.

En effet, c’est aujourd’hui que les travaux de construction de la tour ont commencé. Cet événement, auquel nous étions conviés, fut également l’occasion de revenir sur l’historique du projet et de présenter de nouveaux supports de communication.

IIncity Vue aérienne

Visuel de la tour Incity (Valode&Pistre)

Les études préalables ont commencé dès 2006 avec pour objectif, selon Denis Valode, un des architectes du projet, de « faire la tour la meilleure possible« . Pour ce faire, les équipes de Valode&Pistre se sont affairées à créer une tour élancée, durable, où il fait bon vivre et qui s’intègre à la skyline lyonnaise. « La modernité, c’est la contextualité » nous a-t-on appris pour expliquer l’implantation d’une tour qui se veut « urbaine » et connectée à la ville.

Pour ce faire, le rez de chaussée sera entièrement ouvert visuellement – « vous pourrez toujours pousser la porte, mais vous risquez de vous faire contrôler » d’après Denis Valode – et sera de plain-pied, respectant l’alignement de la rue. Néanmoins, les 4 restaurants comprenant en tout 1 300 couverts seront strictement réservés aux occupants de la tour. Ces derniers bénéficieront en outre de deux étages de convivialité (le 14ème ainsi que le 26ème), possédant des hauteurs sous plafonds plus importantes que les autres niveaux et aménagés de manière à favoriser les rencontres au sein de la tour.

Incity niveau de convivialité

Un niveau de convivialité tel qu’imaginé par Valode&Pistre (Asylum)

Si 1 300 couverts peut sembler important, il est à rappeler que la tour Incity pourra accueillir 2 700 postes de travail sur les 39 étages de bureaux que cette dernière compte. Néanmoins, ces derniers ne sont pour l’heure pas tous pourvus. En dehors de la SNCF qui s’est déjà positionnée pour occuper les 22 premiers étages de la tour (22 000 m², 1 500 postes de travail), il reste encore 17 600 m² à pourvoir dans les 16 niveaux supérieurs.

D’après Sogelym-Dixence, qui porte le projet, il n’y a cependant pas d’inquiétudes à avoir pour le remplissage de la tour. Plusieurs discutions seraient ainsi déjà engagées avec des entreprises privées.

Restaurant Incity

Vue d’un des quatre restaurants de la tour (Asylum)

Pour justifier l’installation au sein de la tour, l’efficacité énergétique est largement mise en avant. Ainsi, si la tour Oxygène toute proche « consomme » 140 kWh/m²/an, Incity devrait arriver à 84 kWh/m²/an. Parmi les solutions techniques évoquées : l’installation d’une double-peau sur la façade sud, qui participera en grande partie à l’aspect de la tour, ainsi que des protections solaires à l’entretien facilité. D’après Denis Valode, cette tour pourrait ne consommer qu’un cinquième de ce que les « tours de la génération précédente » consommaient.

Enfin, il est à noter qu’aucun parking ne sera construit avec la tour. Compte-tenu des places disponibles dans les parkings de Lyon Parc Auto situés à proximité, un partenariat a été signé permettant à chaque société de la tour de louer des places en fonction de leurs besoins.

Le calendrier du chantier

Pour l’heure, le chantier débute logiquement par la mise en place des fondations : 108 pieux de 30 mètres qui soutiendront la tour doivent ainsi être installés (une opération qui devrait être terminée fin mai), une dalle de béton d’un mètre cinquante sera ensuite coulée jusqu’en août.

Suite à cela, le cœur de la tour va s’élever jusqu’au niveau du 14ème étage. C’est à ce moment que les travaux de façade commenceront et seront effectués simultanément à ceux du cœur au rythme d’un étage par semaine. La livraison de la tour quant à elle, n’est prévue que pour fin 2015.

Photo du Chantier Incity

Vue du chantier actuel (Jérémy berdou)

Le chantier n’a cependant pas attendu aujourd’hui pour commencer. En effet, la tour Incity ne prend pas place sur un terrain vierge. Avant 2012, la tour UAP (qui était la plus haute de Lyon durant 5 ans, avant de se faire détrôner pas la tour du Crédit Lyonnais) a dû être déconstruite sans perturber les activités du quartier environnant. Depuis juin 2012, de nombreux travaux préparatoires ont également été nécessaires pour préparer le site.

Si vous voulez en voir davantage, six « visites virtuelles » vous sont proposées à cette adresse.

Catégorie:Architecture, France
Billet précédent
Eiffage imagine la ville de 2030
Billet Suivant
Europa City : Bjarke Ingels lauréat
L'auteur
Jérémy Berdou

Cofondateur d'Urbanews.fr. Chargé d'études Environnement & Territoire chez Girus Viadeo | LinkedIn

20 Commentaires

Soumettez votre commentaire