15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300

Et si, les algorithmes redessinaient les régions ?

Une équipe de chercheurs a mis en lumière grâce à l’usage d’un algorithme, les frontières d’influence géographique des métropoles américaines. L’apprentissage majeur offert par leur étude est que les aires d’influence régionales ne sont pas ou peu liées aux frontières politiques arbitraires et historiques des états. En France, bien loin des débats sur l’identité régionale et des petits arrangements politiques pour conserver une majorité, les algorithmes auraient-ils pu dessiner la réforme régionale ?

L’équipe de géographes portée par Garrett Dash Nelson s’est associée à l’analyste Alasdair Rae pour la réalisation de cette étude. Les informations ont été extraites des données numériques de près de 130 millions d’américains équipés de smartphones, et ce sont leurs données de localisation, avec près de 4 millions de trajets domicile-travail de moins de 80km, qui ont été exploitées. L’usage d’algorithmes d’agrégation à permis de retracer les connexions entre les lieux économiquement connectés. Le résultat est une « Géographie économique des Etats-Unis » retranscrite spatialement sur une . (Nous vous avions prévenu : Pourquoi les trajets domicile-travail seront le sujet phare de 2016 ?)

Les relations régionales des métropoles américaines à travers les déplacements de moins de 80km / © Garrett Dash Nelson and Alasdair Rae

« La meilleure manière de mesurer le fonctionnement de la géographie économique est à travers les déplacements », précise Alasdair Rae.

Suite aux résultats, et dans l’idée de pousser la réflexion plus loin, les auteurs ont retranscris une nouvelle carte métropolitaine avec un nouveau découpage administratif des États (et de nouveau noms associés, très subjectifs). Quid des vastes espaces ou seuls quelques habitants vivent et dont l’organisation territoriale reste très rurale avec peu d’interaction avec les métropoles (voir le grand vide au nord-ouest des États-Unis).

La nouvelle carte administrative des états américains redéfinie par un algorithme sur la base des liens économiques entre les métropoles et leurs aires d’influence / © Garrett Dash Nelson and Alasdair Rae

De nombreuses villes restent le cœur des nouveaux États, sans surprises, telles par exemple, ou en Californie qui sont connues de tous. Cependant, de nouvelles aires d’influence plus méconnues voient le jour, comme par exemple et toujours en Californie : Fresno.
L’aire d’influence économique des métropoles ne dépend pas des limites des états, et de nombreuses villes possèdent une aire d’influence qui va bien au-delà, comme , influente sur près de 5 états limitrophes.

Cette étude n’est cependant qu’incomplète pour redéfinir les frontières des États au sein des États-Unis, car de multiples autres facteurs (la culture, l’histoire, les infrastructures, les institutions et la géographie) doivent être étudiés. Mais cette réflexion peut être un point de départ sur le questionnement de la pertinence des régions « vécues » par leurs habitants et sur les relations d’échanges qui existent au-delà des simples limites administratives.

Aires de haute densité de connectivité entre les métropoles et leurs aires d’influence géographique / © Garrett Dash Nelson and Alasdair Rae

En France, lors de l’élaboration du projet de loi sur la réforme territoriale et des nouvelles régions françaises, l’idée d’utiliser un algorithme a aussi été étudié par la société Data-publica à l’origine du fameux Regionator 3000. Celui-ci vous permet d’agréger les départements sur la base du même principe que l’étude américaine : les déplacements quotidiens. Cependant, c’est vous qui avez le choix du nombre de régions à créer, et laissez Régionator s’occuper du découpage et du futur nom de vos régions pour vous.

Il paraitrait même que l’apport du bigdata avait déjà convaincu le haut fonctionnaire Serge Antoine, lorsqu’en 1956 il a œuvré pour la définition des régions telles que nous les connaissions avant 2014. Les données sur les appels téléphoniques entre les villes avaient permis de rattacher certaines villes à certaines régions (comme Nîmes qui s’est retrouvée dans le Gars (plutôt qu’en Provence), ou encore Périgueux en Aquitaine (plutôt que dans le Limousin)).

N’hésitez pas à explorer la question sur Urbanews :

L’analyse sur le pourquoi la réforme territoriale est déjà ratée (car la réflexion sur le découpage s’est basé sur le seul critère qui n’aurait pas du être pris en compte : le critère politique)

Une réflexion sur un découpage autour des 8 « pôles territoriaux » nationaux

Nous avons fait tourner le Régionator a plein régime pour voir quelle serait la réforme territoriale à 13 régions selon un algorithme :

Les régions vues par les données – les 13 régions algorithmiques / © Regionator 3000

La carte des 13 régions de France suite à la réforme territoriale / © Reflectim – Voyages

Cette réforme est-elle géographiquement et économiquement la plus efficace selon vous ?

Pour consulter l’ensemble du contenu scientifique de l’étude américaine:
An Economic Geography of the United States: From Commutes to Megaregions – Garrett Dash Nelson, Alasdair Rae – Published: November 30, 2016 – http://dx.doi.org/10.1371/journal.pone.0166083

Billet précédent
Grand Angle : nouveau centre pour ville nouvelle
Billet Suivant
Construction : la sécurité incendie revient sur le devant de la scène
L'auteur
Arthur Groot

Rédacteur Urbanews.fr / Ingénieur-Urbaniste et Programmiste. "Je milite pour une perception plus humaine de nos villes ; ce sont les détails qui font l'urbanité."

0 Discussion

Soumettez votre commentaire