15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300 0
   

L’observatoire des villes moyennes, version deux degrés

Observatoire des villes moyennes - deux degrés

Observatoire des villes moyennes. Crédits photo : Deux Degrés

L’agence deux degrés fait sa tournée francophone pour promouvoir la diffusion de leur livre Petit Parisdisponible  en librairie.

Le livre, publié en décembre dernier est une critique sur fond humoristique des projets issus de la consultation du Grand Paris. Les trois urbanistes proposent un projet décomplexé pour la capitale et amorcent une réflexion globale sur la polarisation du territoire.

L’obsession du territoire de la métropole parisienne n’existe que parce qu’elle dévoile le vide de projet qui émane des territoires de « l’entre deux ». L’absence de réflexion sur le territoire des villes moyennes conduit à la polarisation économique, sociale et culturelle du territoire. Dans le livre « Fractures françaises, Christophe Guilluy parlent de fracture du territoire en évoquant la distanciation toujours plus forte entre les urbains des métropoles et les urbains des villes moyennes.

Quartier d'affaire - Petit Paris © Martin Lavielle pour deux degrés

Quartier d’affaire – Petit Paris. Crédits photo : Martin Lavielle / Deux Degrés

Le Petit Paris amorce ainsi le projet de création d’un observatoire prospectif des villes moyennes. Les urbanistes de deux degrés tenteront de décrypter à leur manière les « potentiels » des villes moyennes, leurs caractéristiques, leurs images, leurs imaginaires. Les portraits sans vergogne s’appuieront sur des bases de données issues d’un processus participatif mis en place sur une plateforme numérique. Cette initiative a pour but d’encourager les mobilités résidentielles et professionnelles, pour renouveler l’image des territoires et pour faire émerger des projets.

A travers cette plateforme numérique, les urbanistes proposent à chacun de participer à l’élaboration d’une cartographie introspective des villes moyennes de France. Un portrait critique, sans ménagement, parfois exagéré de cent villes à travers la France. Ce projet a pour but de mettre en avant les avantages, les inconvénients, les ambiguïtés, les cohérences ou les contradictions des stratégies de développement du territoire.

[button color= »white » size= »medium » link= »http://observatoire.deuxdegres.net/ » target= »blank »]Participez au projet d’Observatoire des Villes Moyennes[/button]

deux degrés

Carte des villes moyennes de France. Crédits photo : Deux Degrés

Catégorie:France, Insolite, Urbanisme
Billet précédent
Un TGV pour relier Pékin à Los Angeles
Billet Suivant
Les espaces publics temporaires
L'auteur
Hélène Grialou

Architecte à Bordeaux

26 Commentaires

  • 19 mai 2014 à 10:05
    DAVID

    L’initiative est très intéressante et il est vrai que les villes moyennes ont besoin de changer d’image.
    Cependant, j’aurais aimé savoir sur quelle base, l’agence Deux Degrés, définit-elle une ville moyenne, parce que certaines agglomérations méritent d’être discutée, je pense à Angers et Amiens notamment.
    Enfin, après être allé sur le site de l’agence, bien que les graphiques soient intéressent, je trouve dommage que des personnes se prétendant urbaniste proposent des cartes réalisées sur « Paint » ou je ne sais quel logiciel de dessin scolaire, qui plus est avec une sémiologie à faire pâlir de désespoir tout bon géographe de formation.

    RÉPONDRE
    • 19 mai 2014 à 16:29

      Bonjour David,

      Pour répondre à tes 2 questions :

      – Nous avons choisi les unités urbaines de 50 000 à 200 000 habitants plus quelques villes comme Angers parce qu’elle a un profil intéressant. C’est une liste qui pourra évoluer mais elle a le mérite d’être basée sur un élément factuel (la population de l’unité urbaine).

      – Pour les cartes, c’est pauvre mais volontaire. D’une part, on a voulu resté assez flou pour le moment (ça reste de la prospective). D’autre part, notre profession et les archi nous ont prouvé qu’avec de jolis dessins, on pouvait faire passer un contenu creux. On a choisi l’inverse, on a fait des cartes simples, quelque chose de brut pour mettre en avant l’histoire. On est d’accord, la sémiologie est vraiment pas terrible mais on se donne du temps pour améliorer les choses. Le site évoluera au fur et à mesure, en fonction des remarques des lecteurs. On vise par ailleurs une sortie papier de l’observatoire avec un travail graphique bien plus évolué que celui de la version web.

      RÉPONDRE

Soumettez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.