15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300
ecommunauté-CNFPT
   

De Paris à New-York en train en 2030

Prendre un billet Gare de Lyon – Grand Central Station, via Moscou, devrait être une réalité à l’horizon 2030. Le Kremlin a donné son feu vert au projet de tunnel sous le détroit de Béring entre la Sibérie et l’Alaska, qui devrait coûter la bagatelle de 70 milliards d’euros dont 12 pour le seul tunnel.

Cette idée de relier les deux continents par un passage date de 1905 et du Tsar Nicolas II. Le projet fut abandonné à cause de la Première Guerre Mondiale et de la Révolution russe. Après l’éclatement de l’URSS l’idée avait refait surface mais les finances ne permettaient sa réalisation.

Ce tunnel sera deux fois plus long que celui sous la Manche, 100 kilomètres de galeries sont à creuser pour permettre aux trains de relier l’Asie et l’Amérique. La traversée du détroit de Béring sera alors plus rapide, plus sûre et moins onéreuse. Le tracé du tunnel passera au-dessous des Îles Diomède (Big Diomede et Little Diomede) appartenant à la Russie et aux États-Unis.

Vue aérienne du détroit de Béring

6000 kilomètres de nouvelles voies ferroviaires seront posées par les russes et les nord-américains pour connecter leurs pays respectifs par le rail. Il faut relier les villes de Ouelen (Russie) et Nome (USA) au réseau existant pour permettre l’accès au tunnel. Un investissement devra être fait pour moderniser certaines voies ferrées actuelles et prolonger le Transsibérien.

Les autorités comptent se servir de ce projet pour créer des réseaux énergétiques et de fibres optiques. Les prévisions tablent sur un tonnage annuel du trafic ferroviaire de marchandises égal à celui du Canal de Panama, les autorités russes prévoit que le tunnel représentera 3% du trafic mondial. S’ajoutera au transport de marchandises celui du pétrole, du gaz et de l’électricité, permettant d’avoir un retour sur investissement en 15 ans.

Le tunnel du détroit de Béring changera considérablement la donne dans les échanges et le trafic de marchandises au niveau mondial, notamment au niveau de l’énergie.

Carte du "Tunnel de Béring"

Pour ceux qui pensent déjà à réserver un billet pour les vacances, prévoyez deux semaines de trajet (aller simple bien sûr).

Billet précédent
Physalia : Un jardin flottant pour nettoyer les rivières ?
Billet Suivant
Vienne : l’habitat passif à grande échelle
L'auteur
Pierre Tardy

Rédacteur pour Urbanews.fr & chargé de développement du Cluster HBI. Diplômé de l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme de Lille (IAUL).

21 Commentaires

  • 31 août 2011 à 14:40

    Très fort ! Même si 2030 ça me parait ambitieux comme délai !

    RÉPONDRE
  • 31 août 2011 à 15:30

    C’est pas le trajet le plus court, mais j’achète ! C’est juste énorme !

    RÉPONDRE
  • 31 août 2011 à 21:05
    David VEDIE

    Projet un peut fou, j’attends de voir mais j’adhère!

    RÉPONDRE
  • 31 août 2011 à 22:35
    Polignone

    Qu’ils se mettent d’accord pour finaliser la LGV Paris – Toulouse. Et aprés on verra pour New-York.

    RÉPONDRE
  • 2 septembre 2011 à 11:28

    Yeah, ça faisait un moment que je suivais le projet, mais en l’absence de signature, un article ne s’envisageait pas vraiment.

    De souvenir, le tunnel posait moins problème qu’amener les voies jusqu’à ce dernier. Cool de voir que ça avance 🙂

    RÉPONDRE
  • 3 septembre 2011 à 01:56
    philippe dansaert

    faites vite svp, je viens d’avoir 66 ans!!

    mes compliments

    RÉPONDRE
  • 5 septembre 2011 à 09:14

    Juste un détail : je pense que le départ se fera plutôt depuis la Gare du Nord, qui permet de rejoindre Berlin, puis Moscou et le Transsibérien avant de rejoindre New york…

    Depuis la Gare de Lyon, c’est plutôt direction le sud, Marseille, Rome et peut-être Cape Town d’ici un siècle ou deux (mais il reste encore pas mal de voies à poser pour que ce soit possible) !

    Pour revenir sur le volet économique du projet, j’ai du mal à comprendre si le tunnel permettra la circulation de train de pétrole / gaz, ou s’ils prévoient de poser des pipeline dans le tunnel ? Je pense que pour atteindre les objectifs de tonnage annuel, c’est la deuxième possibilité, mais j’aimerais une confirmation.

    RÉPONDRE
    • 5 septembre 2011 à 11:07
      Pierre Tardy

      Je pense qu’il y aura plusieurs tunnels dans le tunnel, dont un occupé par les pipelines, comme c’est déjà le cas dans de nombreux tunnels.

      RÉPONDRE
  • 5 septembre 2011 à 20:08
    Delbassez

    Si ça peux aider a réduire le trafic de pétroliers sur le passage du nord ouest pourquoi pas. Néanmoins de nombreux territoires encore vierges seront anthropisés et c’est encore un coup porté a notre environnement.

    RÉPONDRE
  • 10 septembre 2011 à 22:00
    Chaudy

    félicitation pour la publication de ce fabuleux projet. Dans la mesure où les enjeux économiques sont si importants, je suppose que ce qui prendrait 20 ans pourra être achevé en 10 ans. Merci à la Russie qui a donné son feu vert.

    RÉPONDRE
  • 11 septembre 2011 à 16:50
    Armelle

    Pourvu qu’on puisse faire concomitemment le morceau de NY à Paris; c’est un projet qui devrait lever des fonds au niveau international puis dans la zone sud du continent en gardant des liens avec la « ligne Nord »… ou concevoir directement cette ligne plus bas sur notre Terre, centrée vers les zones aux alentours de l’équateur, comme un grand métro international (?)

    RÉPONDRE
  • […] et une banqueroute russe ont quelque peu ralenti le cheminement du projet. Mais voilà, selon Urban News, les deux ex meilleurs ennemis du monde ont décidé de réouvrir le dossier et […]

    RÉPONDRE
  • 8 octobre 2011 à 13:08
    Gérard

    Ah ah, faire la même chose entre NY et Paris, ce n’est pas « franchement » la même distance !!!!!!!

    RÉPONDRE
  • 8 octobre 2011 à 13:25

    Petite précision, l’article du Daily Mail indique :
    « A 500-mile railway line stemming from the existing Trans-Siberian line to Yakutsk […] is part of Kremlin plans to extend rail lines 2,360 miles to the north-eastern tip of Siberia by 2030 ».

    En 2030, il sera donc possible d’accéder au départ du tunnel.

    « That could open up the way for the construction of a tunnel – which could take up to another 15 years to complete. »

    L’estimation de 15 ans supplémentaires pour la construction du tunnel indique que le trajet pourrait être effectué à partir de 2045, contrairement à ce qu’indique votre article.

    RÉPONDRE
    • 9 octobre 2011 à 12:50
      Pippa Middleton

      2030 ça me semblait effectivement un peu ambitieux ^^

      RÉPONDRE
  • 25 mars 2012 à 11:50
    Doesanyonefancyakebab?

    Et puis ecologiquement parlant c’est pas top, laissé moi vous rappeler que dans l’océan pacifique nord ce trouve l’une des plus grandes réserve d’eau de notre planète! Et si jamais ce projet abouti il y aura de grande conséquence!

    RÉPONDRE
  • 22 novembre 2013 à 03:35
    Reine d'Angleterre

    C’est une zone géologiquement active avec l’Alaska qui monte vers le Pôle.
    Plus un tunnel est long, plus il encoure des chances de failles.
    Combien de temps un tel tunnel pourra fonctionner ?
    C’est important en ce qui concerne les coûts.

    RÉPONDRE
  • […] peut-être la première pierre de la liaison ferroviaire Paris-New-York qui voit le jour avec ce projet de ligne à grande vitesse reliant Pékin à Los Angeles : projet […]

    RÉPONDRE
  • 23 août 2014 à 20:54
    Ngoma Ebick

    Pas mal; déjà les vacances commencent le premier jour du voyage…

    RÉPONDRE
  • […] et une banqueroute russe ont quelque peu ralenti le cheminement du projet. Mais voilà, selon Urban News, les deux ex meilleurs ennemis du monde ont décidé de réouvrir le dossier et se donnent donc 20 […]

    RÉPONDRE
  • 11 juillet 2017 à 12:58
    Jérémy

    Je vois mal dans la conjoncture passé et actuelle entre usa/Russie ( le futur s’annonce pas des meilleurs entre ces 2 ) pour un projet aussi important sachant que la ligne marchandise sera monopolisé par la Chine et le Japon pour tout ce qui est produit manufacturés soit l’essentiel des exportations de ce continent sachant que la Russie vend ses matières premières plus à l’Europe ou au moyen orient qu’au américain… seul un changement de paradigmes assumé de tous pourrait être bénéfique pour le projet mais il faudrait quand même que l’Alaska et la péninsule russe d’extrême-orient s’industrialise très vite et que au moins une mégapole de chaque côté pour qu’il y est  » une grosse activité humaine pour que ca voit le jour car les distances sont tellement grandes qu’il faudra attendre la fin du pétrole et des gros bateaux et avions pour que ca voit le jour …

    RÉPONDRE

Soumettez votre commentaire