15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300
   

Los Angeles peint ses rues en blanc pour lutter contre les îlots de chaleur

Pour lutter contre le réchauffement climatique, la ville de Los Angeles met en oeuvre une nouvelle stratégie assez surprenante : recouvrir ses rues d’un revêtement blanc, grisâtre baptisé CoolSeal. Cette transformation esthétique aurait un impact bien au-delà de la chaussée.

Comme la plupart des grandes villes contemporaines, Los Angeles est garnie de milliers de kilomètres d’asphalte. De couleur sombre l’asphalte absorbe entre 80% et 95% des rayons du soleil, contribuant ainsi à réchauffer toutes les zones environnantes. Ainsi, lorsque les températures en Californie du Sud s’élèvent à plus de 40°, les températures de surface sur les routes asphaltées peuvent grimper jusqu’à plus de 60°…

Cette omniprésence d’asphalte contribue fortement à la constitution « d’îlots de chaleur urbain » : au sein d’une même ville, on observe ainsi des différences importantes de température en fonction de la nature de l’occupation du sol et plus particulièrement des élévations localisées des températures maximales diurnes et nocturnes, par rapport aux zones rurales ou forestières voisines ou par rapport aux températures moyennes régionales.

Le nouveau revêtement clair, mis en oeuvre par la Ville de Los Angeles aide à réfléchir les rayons du soleil de l’asphalte afin que moins de chaleur soit réellement absorbée. D’après les services de la Ville, les rues recouvertes seraient en moyenne 5 à 7 degrés plus fraîches que les autres rues. Une expérimentation mise oeuvre en 2017 a également permis de montrer que la réflectivité plus élevée de ce nouveau revêtement permettait d’économiser l’énergie nécessaire pour éclairer les rues et les stationnements lorsque le soleil commence à se coucher…

Côté coût, il faut tout de même compter 25 000 dollars (environ 21 000 euros) afin de repeindre en blanc 1 kilomètre de chaussée, pour une durée de vie d’environ 7 ans…

La municipalité de Los Angeles espère faire baisser la température de 3 degrés d’ici 2019 en mettant en oeuvre d’important moyens. Outre ce travail sur les chaussées, la Ville espère développer sa « canopée urbaine » en favorisant les espaces végétalisés dont les arbres agissent naturellement comme de véritables climatiseurs.

En 2016, Los Angeles a ainsi fait don de 18 000 plantes à ses habitants. La lutte concerne également les toits des bâtiments. En 2014, la municipalité a promulgué une ordonnance qui exige que la plupart des bâtiments neufs et rénovés installent des toits de couleur plus claire avec des indices de réflexion solaire élevés…

Billet précédent
Un serious game sensibilise les habitants de Brisbane aux enjeux de l’urbanisme contemporain
Billet Suivant
MétamorpHouse : une stratégie de densification douce et choisie
L'auteur
Edouard Malsch

Urbaniste, Géographe, Co-Fondateur & Community Manager pour UrbaNews.fr.

2 Commentaires

  • 9 mai 2018 à 06:30
    pha_Ktamo_a.urba

    Voilà bien une solution osée et très originale de la municipalité de Los Angeles. Là c’est veritablement un moyen direct de lutter contre les ICU qu’on décrie très souvent en penssant comme première approche de solution la vegetalisation. Toutefois, bienque cette solution soit novatrice et efficace, ne soulève t’elle pas la difficulté du confort visuelle ; la couleur blanche (soit elle atténuée) permanente sous un soleil ardant ne serait elle pas agressive pour toute personne y jétant son regard? Telle est l’une des interrogation que peut soulèver cette solution !!!

    RÉPONDRE
    • 15 mai 2018 à 19:24

      Effectivement, après on est plus sur du « gris » que sur du blanc blanc mais dans tous les cas votre question semble pertinente… voir quels seront les retours suite à la mise en place de ce revêtement. A noter que celui-ci avait été testé préalablement à sa généralisation donc en principe ces questions ont du être prises en compte…

      RÉPONDRE

Soumettez votre commentaire