15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300

Lyon Part-Dieu : 6 années de travaux pour une métamorphose ambitieuse

C’est un des grands chantiers de la Métropole Lyonnaise qui démarre cet automne : la requalification complète du pôle d’échange multimodal de la Part-Dieu, avec comme objectif principal, faciliter et fluidifier les déplacements.

Il faut dire qu’avec ses 125 000 usagers quotidiens, il est parfois difficile de s’y retrouver. Ce point névralgique de l’activité métropolitaine, assure la convergence de multiples modes de transports. En plus d’accueillir les TER, les lignes TGV nationales et européennes ou encore l’EUROSTAR, la gare Lyon Part-Dieu est connectée à 3 lignes de tramway, 1 ligne de métro, une gare routière et de nombreuses lignes de bus qui en font un nœud extrêmement complexe à gérer.

La gare est aussi utilisée quotidiennement comme une véritable rue pour franchir les voies ferrées et passer de l’Est à l’Ouest. Ainsi, quelques 30 000 personnes la traversent chaque jour sans prendre le train.

La transformation du Pôle d’Echanges Multimodal s’inscrit dans le cadre du projet global de requalification du quartier de La Part Dieu : un quartier gare hérité de l’urbanisme de dalles caractéristique des années 1960/1970, qui s’est constitué au fil des années en plusieurs strates. Il y a aujourd’hui une réelle nécessité à travailler sur la simplicité et la lisibilité des parcours et c’est bien l’objectif de ce projet ambitieux, qui espère « réinventer les mobilités ».

En synthèse, c’est quasiment 7 à 8 chantiers menés en parallèle qui s’attacheront à remodeler le quartier gare d’ici 2023.

Le chantier principal concerne la Gare et ses espaces qui seront entièrement repensés. Cette dernière doit notamment s’ouvrir sur la ville et son quartier avec le centre commercial, la bibliothèque, l’avenue Georges Pompidou au sud, et les traversées piétonnes du boulevard Vivier-Merle. En créant 3 nouvelles galeries (Béraudier, Pompidou et Villette), la gare devrait pouvoir doubler sa surface.

Les espaces dédiés à l’accueil des voyageurs et aux circulations seront donc très largement agrandis ce qui permettra de fluidifier les déplacements. Le Hall central gagnera en lisibilité grâce au déplacement des fonctions d’accueil et de vente dans la nouvelle galerie Béraudier.

Conçue sur 3 niveaux, cette galerie accueillera des commerces en rez-de-chaussée, les espaces de vente au 1er étage ainsi qu’une restaurant et un centre d’affaire au deuxième et dernier niveau.

Les deux autres galeries doivent permettre d’ouvrir la gare sur son quartier, à l’Est la galerie Villette longera la future voie L – une 12ème voie crée pour améliorer le fonctionnement du Nœud Ferroviaire Lyonnais – et développera des services et commerces. Au sud, de nouveaux accès aux 6 quais de la gare viendront désengorger le hall principal. Accessibles depuis l’avenue Pompidou, ils permettront aussi de réaménager le passage sous voies notamment au profit des vélos et des piétons.

La conséquence de la création de cette 12ème voie est le déplacement du parking dédié aux loueurs de voitures. Situé avenue Pompidou, à proximité de nouvel accès à la gare, ce nouveau parking permettra de ressembler tous les sites de location de voiture en un même lieu, permettant ainsi de réduire les flux de circulation tout en améliorant le service.

La mutation du quartier passe également par une refonte des principaux espaces publics attenants à la gare. C’est notamment les travaux de la place de Francfort qui vont véritablement lancer le projet Part-Dieu dès cet automne. L’objectif est de redessiner clairement les espaces et d’intégrer plus de nature. Un peu plus de 90 arbres vont ainsi être plantés. La gare routière, avec 11 nouveaux quais, sera réaménagée dans le sens est-ouest pour faciliter l’orientation des voyageurs et les manœuvres des cars, tandis que le parking « dépose minute » sera légèrement réduit à 50 places.

Au bout de la place, la rue Flandin sera aussi réaménagée avec la création d’une bande cyclable en contre-sens et l’amélioration de l’accès des cars à la gare routière.

A l’ouest, la place Béraudier, libérée par la démolition du bâtiment B10 en 2015, ouvrira de nouvelles perspectives vers la bibliothèque municipale et le centre commercial. D’ici 2022, deux percées donneront accès à un niveau inférieur qui intégrera une station vélos de 1 500 places, une station taxis, et un nouvel accès au métro. Les visuels promettent un niveau intérieur baigné de lumière, ce qui tranche avec l’accès actuel au métro B.

Au sud de la place Béraudier, c’est la nouvelle tour To Lyon qui culminera à 170 mètres dès 2022, en lieu et place des hôtels Arena et Novotel. To Lyon dépassera l’emblématique crayon, première tour construite à la Part-Dieu en 1977 et qui culmine à 165 mètres de haut.

Quelques chiffres concernant le programme :

  • 170 m de haut
  • 43 étages
  • 4 étoiles pour l’hôtel
  • 168 chambres d’hôtel
  • 2018, démarrage des travaux
  • 2022, livraison

Enfin, côté Vivier Merle d’importants travaux vont également être engagés avec une réorganisation complète des transports urbains (tramway et bus), la suppression de la circulation automobile et le décalage de la trémie Vivier Merle. Le trafic automobile sera notamment supprimé en surface dans le prolongement de la place Béraudier, avec le report du tourne-à-gauche de la rue Servient au niveau de la rue Bouchut. Elle-même prolongée depuis la rue des Cuirassiers.

Une vaste promenade piétonne plantée reliera directement la gare à la rue Garibaldi.

Voir ci-dessous une vidéo de synthèse du projet.

Le coût du pôle multimodal d’échanges est de 329 millions d’euros. Il est financé par la Métropole, la Région, l’État, la SNCF et l’Europe.

Catégorie:France, Magazine, Urbanisme
Billet précédent
Le monde merveilleux de la ville connectée
Billet Suivant
Annecy : rénovation énergétique et densification raisonnée pour une opération viable
L'auteur
Edouard Malsch

Urbaniste, Géographe, Co-Fondateur & Community Manager pour UrbaNews.fr.

1 Discussion

  • 7 novembre 2017 à 16:10
    Yacea

    Dommage que beaucoup de villes optent, pour dépasser leur plus haute tour emblématique, pour un bloc de verre tout simple, comme on en fait depuis 60ans.
    (philadelphie, newyork, Los Angeles, … Lyon,etc. à l’inverse de Londres, qui a opté pour une impressionnante pyramide.)
    ps: merci les « innovateurs » pour ces concepts révolutionnaires que sont les façades de verre (cf. gare de nantes etc.) et blocs quadrangulaires. Ca nous change d’hier c’est sûr.

    RÉPONDRE

Soumettez votre commentaire