15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300

Et la baignade en plein coeur de Paris devint une réalité

Nous l’évoquions dans nos colonnes en octobre 2016 : l’exécutif parisien concoctait, depuis plusieurs mois, un projet inédit de baignade publique dans le bassin de (19e). Le Conseil de avait d’ailleurs donné son feu vert en fin d’année dernière. Seul bémol, la qualité de l’ qui devait encore faire l’objet de plusieurs tests.

Un petit plouf dans la Seine ? - © Nicolas Rochette

C’est désormais officiel, l’eau du bassin serait assez propre pour permettre la baignade et les parisiens n’auront donc plus aucune excuse pour ne pas s’y jeter dès cet été. L’ouverture de 3 bassins est prévue à partir de la mi-juillet.

Célia Blauel, adjointe à la maire et en charge de l’eau et des canaux, a récemment révélé que les derniers contrôles sanitaires menés par l’association Paris Swim et la de Paris montraient une faible quantité de bactéries, bien en dessous du seuil maximum fixé à 100 par ml d’eau. La qualité de l’eau semble ainsi s’améliorer test après test.

Concrètement, le projet intègre 3 bassins côté quai de la Loire, reliés les uns aux autres par des pontons :

  • Un bassin dédié aux enfants d’une profondeur maximale de 40 centimètres,
  • Un petit bain d’une profondeur maximale de 100 à 120 centimètres,
  • Ainsi qu’un grand bain d’une profondeur de 2 mètres, réservé aux nageurs.

Des sanitaires, douches, cabines et accès pour les personnes à mobilité réduite seront installés sur la berge. Cet espace de baignade gratuit sera surveillé et organisé dans le cadre de Paris Plages. Il est conçu pour accueillir quelques 1 000 baigneurs par jour durant tout l’été.

Il faudra toutefois effectuer un suivi quotidien de la qualité de l’eau, comme à la plage. Si les travaux devraient débuter prochainement, la décision finale d’ouverture reviendra à l’Agence régionale de santé, qui devrait rendre un premier avis mi-juin

A noter toutefois que le Bassin de la Villette qui connecte le de l’Ourcq et le Saint-Martin n’est pas directement alimenté par la … Nager dans la est officiellement interdit depuis 1923. La propreté du est encore trop irrégulière pour permettre une baignade sans risque pour la santé.

C’est pourtant un des objectifs que souhaite atteindre la ville dans le cadre de la candidature aux de 2024. Le départ du triathlon et l’épreuve de nage en eau libre auront effectivement lieu dans la Seine si Paris est désignée pour organiser les Olympiades.

Comme le précise la revue Science et Avenir, il existe quatre sources de dans la Seine : la domestique, qui provient de rejets d’eaux usées urbaines (eaux usées des particuliers (péniches et établissements flottants rejettent directement dans le fleuve…) mais aussi les eaux de pluie et eaux collectives de lavage des rues, des marchés, des commerces chargées en substances polluantes ; la industrielle (déchets organiques, chimiques et physiques), agricole (déjections des élevages s’infiltrant dans les eaux, engrais chimiques, insecticides et produits utilisés par l’agriculture intensive) et enfin les pollutions accidentelles, d’origines très diverses.

Il reste donc encore pas mal de travail avant d’espérer piquer une tête directement dans la Seine…

Catégorie:France, Magazine, Urbanisme
Billet précédent
A Séoul, MVRDV transforme une ancienne autoroute en jardin suspendu
Billet Suivant
Shigeru Ban impulse la structure hybride en architecture
L'auteur
Edouard Malsch

Urbaniste, Géographe, Co-Fondateur & Community Manager pour UrbaNews.fr.

0 Discussion

Soumettez votre commentaire