15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300 0
   
Fourmi / Dino Quinzani via Flickr

A New-York, les fourmis nettoient les rues et régulent la population de nuisibles

Fourmis, mille-pattes, araignées et autres insectes joueraient un rôle prépondérant dans la gestion des tonnes de déchets alimentaires, produits par les habitants de la Big Apple.

C’est le résultat d’une étude, publiée par des entomologistes de l’Université de Caroline du Nord, et parue mardi dernier, dans la très sérieuse revue américaine, Global Change Biology. Ainsi, comme le précise Elsa Youngsteadt, dans la seule partie médiane du corridor de Broadway à West Street, (environ 12 kilomètres) les insectes consommeraient plus de 950 kg de nourriture par an. Soit pas moins de 60 000 hot-dogs…

Fourmi / Dino Quinzani via Flickr

Fourmi / Dino Quinzani via Flickr

Pour mesurer cette consommation, les chercheurs ont placé les aliments les plus fréquemment trouvés dans les poubelles new-yorkaises et sur les trottoirs – essentiellement des restes de fast-food – dans plusieurs rues et parcs de la ville. Et ce dans deux types de contenant: l’un grillagé ne pouvant recevoir que les insectes, l’autre ouvert et accessible aux autres animaux. Vingt-quatre heures plus tard, les scientifiques ont récupéré les restes. (L’opération a bien évidemment été renouvelée plusieurs fois) Résultat, les insectes s’étaient presque aussi bien régalés que les rongeurs.

Autre fait intéressant soulevé par cette étude: les populations d’insectes des rues seraient bien plus voraces que leur congénères vivant dans les parcs. Ainsi les mêmes insectes mangeraient deux à trois plus de détritus alimentaires dans les rues. Parmi ces espèces capables d’offrir un service de nettoyage urbain extrêmement performant, l’expérience a mis en évidence la « fourmi de trottoir ». L’une des espèces d’insectes les plus nombreuses dans les rues de New York, qui entrerait en concurrence directe avec les nuisibles pour le traitement des restes alimentaires.

En résumé, tout ce que mangent les fourmis échappe aux nuisibles. Une gestion optimisée de cette population de fourmis pourrait ainsi permettre aux villes de mieux contrôler leurs problèmes de détritus et de maîtriser leur population de rats…

Billet précédent
Clip of Friday : Le Cube Orange
Billet Suivant
Carticipe : une nouvelle approche de l’urbanisme participatif
L'auteur
Edouard Malsch

Urbaniste, Géographe, Co-Fondateur & Community Manager pour UrbaNews.fr.

24 Commentaires

Soumettez votre commentaire