15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300

Flat Tower, étude de style sur l’alternative aux gratte-ciels

Il a été prouvé [que la course aux gratte-ciels] n’est parfois pas adaptée aux villes moyennes, où les gratte-ciels détruisent la skyline et désorganisent les infrastructures.*

C’est par ces mots (* traduits de manière très approximative par ma personne) que Yoann Mescam, Paul-Eric Schirr-Bonnans et Xavier Schirr-Bonnans (de Paul-Eric-Shirr-Bonnans Architecte) introduisent un projet un peu fou, insolite à souhait, donc digne de vous être présenté en ce samedi nuageux.

Afin d’apporter une réponse alternative aux gratte-ciels, ces trois architectes français ont en effet présenté, dans le cadre de la Skyscraper Competition 2011 (dont la première place leur a été arrachée par deux autres français : Julien Combes et Gaël Brulé), une solution architecturale qui ne manque pas d’intérêt. Convaincus de la nécessité de la densification, sans pour autant être partisans de la course à la hauteur, nos trois architectes ont ainsi imaginé une construction de hauteur moyenne mais d’une emprise importante influant au minimum sur le fonctionnement du tissu urbain où elle se place.

night-flat-tower

La Flat Tower de nuit

De ce cahier des charges est né la Flat Tower (tour « plate »), une vaste coupole résidentielle enjambant la ville, constellée d’ouvertures laissant passer la lumière (et en apportant aux habitants). Propice aux énergies renouvelables par ses caractéristiques physiques (une large surface offerte aux vents, au soleil et à la pluie), la structure serait constituée de cellules de logements et de bureaux, toutes uniques, entre lesquelles il serait possible de marcher, mais aussi d’être transporté par un système courant le long de la surface.

dessous-flat-tower

De vastes ouvertures laissent passer la lumière

Comme cadre d’étude, PESB Architecte a choisi la ville de Rennes, plus précisément une friche industrielle traversée par des rails. Le dôme viendrait couvrir cet espace en reconversion, laissant l’opportunité de le transformer en parc, bordé par les bases de la structures, où des magasins devraient prendre place.

tranche-flat-tower
Le concept, vu en tranche

Un projet qui fait rêver donc, mais qui se heurte quand même à un certain problème : quelle ville moyenne pourrait se doter d’une coupole de 120 mètres de haut et de plus de 800 mètres de diamètre ? Un grand bravo à l’équipe pour leur seconde place (méritée) !

A voir : la page de présentation du projet sur Evolo

Billet précédent
Clip of Friday : L’invisible wifi n’est plus
Billet Suivant
De la résistance des gratte-ciel japonais
L'auteur
Jérémy Berdou

Cofondateur d'Urbanews.fr. Chargé d'études Environnement & Territoire chez Girus Viadeo | LinkedIn

2 Commentaires

  • 17 mars 2011 à 18:27
    Miklo

    Projet très interessant en effet, un peu dans l’idée des ponts habités. Digne d’un film de Sci-Fi.

    RÉPONDRE
  • 4 novembre 2013 à 00:02
    Y.A.

    C’est vrai que les villes françaises moyennes croulent sous des hideux gratte-ciels défigurant la « skyline » existante (.. en réalité le » sky » tout-court, le ciel.. puisque il n’y a pas de gratte-ciels..)
    Par contre des flat tower, des édifices et aménagement horizontaux., ca….
    c’est ca qui défigure les villes moyennes.

    RÉPONDRE

Soumettez votre commentaire