15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300 0
   

De l’intérêt pour l’urbaniste de bien choisir ses soirées

Vous avez peut-être déjà fait l’expérience d’une soirée trop arrosée durant laquelle, vous ne vous rappelez plus vraiment pourquoi, la situation a soudain dégénérée en pugilat ?

Et bien il semblerait que votre statut d’urbaniste ne soit pas totalement étranger à ces histoires qui émaillent de faits divers ou de rubriques nécrologiques d’anciens professionnels du territoire. C’est notre psychologue du travail et des relations entre les métiers méconnus et le public qui nous le dit… Alors pourquoi donc, vous faut-il, urbanistes, apprendre à ne pas traîner avec tout le monde et n’importe qui ?

Apprendre à bien choisir ses amis

Plus que tout autre « individu professionnel », l’urbaniste doit apprendre à bien choisir ses amis, nous explique notre psychologue du travail :

Lorsqu’un urbaniste est invité dans une soirée, les discussions ont souvent tendance à prendre une tournure dramatique parce que l’urbaniste en question agit de façon particulièrement sensible sur le quotidien des gens qu’il rencontre, parce qu’il peut interférer avec leurs modes de vie.  Le risque, lorsque ce sont des amis mal choisis ou de simples connaissances d’extrême droite, c’est que le dialogue dégénère et que les gens ne fassent plus la distinction entre la personne, et ce qu’ils pensent qu’elle exerce en tant qu’urbaniste.

C’est aussi, nous rappelle-t-il, une méconnaissance relative du métier d’urbaniste qui pousse l’individu lambda à charger la profession de tous les maux de la ville qu’induisent ses bouleversements :

Le métier d’urbaniste est encore plus méconnu que celui de trapéziste mendiant en Ouzbékistan. C’est normal qu’il induise des amalgames ou des peurs. Personnellement, le métier de trapéziste mendiant ne me rassure pas beaucoup.

Des publics à éviter ?

Parmi les situations à éviter pour l’urbaniste, notre psychologue évoque celle de se retrouver en soirée avec des publics dits « sensibles » :

Il y a évidemment des publics à éviter quand on est urbaniste et que les gens vous prennent en général pour un gros connard. Je recommande en premier lieu de ne pas sortir avec des conducteurs de 4X4, parce qu’ils assimilent rapidement l’urbaniste à une rue en baïonnette ou à une place de parking trop étroite et ces choses-là ont tendance à les énerver.

C’est aussi vrai, nous apprend-t-il, des écologistes, des riverains de centre-ville fraichement piétonnisé ou encore de tous ces petits animaux dont l’habitat naturel tend à céder de la place à l’urbanisation et qui n’ont pas réellement connaissance du fait que vous essayez par principes ou consensus professionnel de concilier urbanisme et développement durable :

Les figures de l’opposition à l’urbaniste sont en fin de compte aussi nombreuses qu’il existe de catégories professionnelles, sociales ou animalières, susceptibles un jour d’être impactées de façon négative par un projet de territoire. Selon les contextes locaux, la probabilité de se retrouver nez à nez en soirée avec une personne, une loutre ou une outarde canepetière  hostile à votre métier, varie donc de 1 à 100.

Des travaux très sérieux ont déjà ciblés, selon l'engagement plus ou moins marqué des collectivités dans tel ou tel domaine de décisions politiques et opérationnelles, des figures d'opposition à l'urbaniste, qui cristallise, pour le public non-averti, les maux de la ville

Des travaux très sérieux ont déjà ciblé, selon l’engagement plus ou moins marqué des collectivités dans tel ou tel domaine de décisions politiques et opérationnelles, des figures d’opposition à l’urbaniste, qui cristallise, pour le public non-averti, les maux de la ville

Le cocktail explosif c’est le cycliste, l’automobiliste et l’urbaniste réunis

Mais pire que tout, notre psychologue met en garde contre les associations malencontreuses, à un endroit donné, de profils sociaux que la présence d’un urbaniste pourrait exacerber :

En général, les discussions dans les soirées entre amis s’équilibrent et les débats restent bon enfant. Mais quand un urbaniste se trouve présent, ces mêmes débats, je le disais, prennent des dimensions différentes.

En fait, l’urbaniste agirait comme un catalyseur de dissensions au sein d’un groupe nous apprend-il :

Lorsqu’un urbaniste est présent dans une pièce, les discussions s’orientent souvent vers des questions qui touchent au quotidien de la ville et donc des gens. Ce sont des sujets toujours très délicats. Le cocktail explosif c’est le cycliste, l’automobiliste et l’urbaniste réunis. Ajoutez à cela un Gilbert Montagné pour peu que votre soirée ne se déroule pas dans une ville favorable aux personnes à mobilité réduite, et vous pouvez être sûr que votre fête sera merdique, pire, qu’elle conduira à la mort par homicide d’au moins un des protagonistes.

Schéma du résultat possible d'une soirée en présence d'urbaniste dans un milieu intrinsèquement instable

Schéma du résultat possible d’une soirée en présence d’urbaniste dans un milieu intrinsèquement instable

Et notre psychologue d’ajouter :

Il peut même arriver, chez des personnes qui pratiquent à la fois le vélo, la voiture ou la trottinette, d’être confrontés directement en la présence d’un urbaniste à leurs contradictions. Dans ces cas-là, on échappe généralement de peu au suicide.

Catégorie:Insolite
Billet précédent
Campus Facebook : le projet de Frank Gehry approuvé
Billet Suivant
Le Scellier jette l’ancre, voilà Capt’aine Duflot
L'auteur
Josselin Thonnelier

Diplômé de l'Institut d'Urbanisme de Grenoble en Urbanisme et Projet Urbain, de l'Université de Poitiers et de Moncton (Canada) en Géographie et Sciences Politiques.

49 Commentaires

Soumettez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.