15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300
   

Pourquoi c’est cool d’être urbaniste en soirée

Il est 22 heures dans l’appartement de celui que vous ne connaissez pas, sinon que vous avez déjà dû croiser au hasard d’une photo  de nu  d’un quelconque réseau d’amis virtuels. Cela fait un moment déjà que vous observez la multitude des anonymes alcoolisés sans pouvoir vous empêcher de dresser pour chacun d’entre eux une sorte de profil sociologique à mi chemin entre l’animal et Amy Winehouse. Après avoir constitué tout un bestiaire social, vous vous dîtes qu’il est temps d’aller faire connaissance. Après tout vous êtes dans le même état qu’eux.  Devant vous il y a ce petit groupe, et puis surtout il y a cette fille ; les cheveux bruns, le regard lascif et les pommettes arrondies. La discussion s’engage. Les premières minutes sont décisives dirait un de vos potes, célibataire depuis la nuit des temps. Et puis soudain il y a cette question, comme une mécanique trop prévisible en soirée, qui déchire bientôt la pièce…

Alors, c’est toi qui construis les villes ? 

A l’apostrophe d’une interrogation, voilà que la fille vient de vous demander ni plus ni moins la teneur de votre vie en dehors de ces murs… Comment lui dire que vous êtes urbaniste, ou tout du moins que vous l’étudiez ? A l’instant même, vous priez très certainement de la faire à l’image d’une majorité ignorante sur la condition croissante et peut être à venir de l’urbaniste : un adjudicateur du droit des sols, un responsable des permis de construire. Un type pas intéressant pour deux sous, l’image en substance d’un expert comptable face à une notice Excel, cravate maronnasse sur fond de chemise rose et délavée.

Dans un sursaut d’espoir, comme portant une profession toute entière, vous lâchez le morceau. Son visage, sans grande expression l’espace d’une seconde, vous comprenez qu’elle a peut être saisi, l’éliminant de fait des trois quarts des français qui soupçonnent encore que l’urbaniste conçoit les villes et leurs fonctionnements… Une seconde comme une éternité de doutes quand tout à coup : « Alors, c’est toi qui construis les villes ? »

Alléluia ! Semblablement à une prière qui s’exauce, la fille vient de faire de vous un créateur à grosses lunettes noires, un architecte brésilien perdu dans les plans et les dessins d’une future ville nouvelle indienne ou, moins exotique, d’un futur pôle d’équilibre ou de desserrement de la région parisienne. Comme vous avez l’habitude de cette question, ou plus communément du « C’est quoi un urbaniste ? », et que vous ne voulez très certainement pas lui évoquer l’horrible vision d’un expert comptable, vous ne pouvez que lui donner raison.

L’urbaniste fantasmé, l’urbaniste créateur

Plutôt que de dire la réalité sur une profession bâtarde, pour le moment exsangue d’ordre ou de réelle structuration, plutôt que de dire l’effacement d’une profession au profit des lobbies architectes et ingénieurs garants d’une science exacte ou tout du moins d’un savoir technique, vous voilà en train de jouer le jeu de l’urbaniste fantasmé, de l’urbaniste créateur.

Spécialiste de rien sinon d’un tout, spécialiste de la ville, de ses respirations et de son histoire, esprit omniscient de son futur et de la marche à venir de son évolution, vous voilà à nouveau  déroulant le long discours « mitomaniaque »  déjà mainte fois répété, ciselé et travaillé  à la faveur de vos rencontres. Si elle vous voit en train de construire des villes, de dessiner leurs plans, d’établir avec minutie l’organisation de leurs fonctions et de leurs cadencements alors vous allez surement lui donner à voir cela.

Il est 22 heures et quelques minutes. Les yeux de la fille se sont écarquillés. A côté de vous, un type étudiant en marketing et un autre, ingénieur informaticien, le sachant, viennent d’être relégués par l’individu féminin au second rang des fantasmes professionnels. C’est le moment de ressortir vos cours et de faire comprendre à  votre auditoire que les villes aujourd’hui sont partout et que de fait, parce que l’homme est une espèce urbaine par essence, la ville et son corps déterminent nos sociétés.

L’urbaniste, partout et nulle part à la fois

Il est 23 heures et trente minutes.  Après avoir habilement fait entendre à tout le monde que votre travail ou futur travail  n’aurait d’égal ou de précédent que la création de l’univers par une force difficilement identifiable mais néanmoins  extrêmement puissante, vous voilà entamant le rôle de l’érudit après que la fille, une fois vomi, vous ait demandé en quoi consistait plus précisément la mission d’un urbaniste.

Semblable à un énarque, l’air grave, le ton assuré, vous lui dites alors que l’urbaniste ne peut souffrir d’une classification normative et que son métier, issu d’une création quasi divine n’obéit pas en l’état aux règles que voudrait bien, dans un esprit de hiérarchisation et de comptabilisation, lui imposer le monde du travail. Pour preuve, vous lui donnez ensuite l’exemple de l’agent pôle emploi qui nerveux et impressionné à l’expression de vos compétences et de vos aspirations se verra presque dans l’obligation d’inventer une nouvelle case pour vous y référer.

Pas tout à fait sociologue, ni même économiste, géographe, politologue, écologiste, scientifique ou physicien adepte des théories quantiques, vous lui expliquez bientôt que vous êtes en fait un peu tout ça, l’urbaniste partout et nulle part à la fois, une espèce d’entité instruite et plastique, adaptable en toutes circonstances, évoluant et se conformant à n’importe quelle demande.

Il est presque minuit et cela fait maintenant un peu moins de deux heures que vous refaites le monde à la rythmique d’un monologue parfaitement mené. Après avoir passé en revue les enjeux de la fin des villes carburant au pétrole, l’ineptie des pouvoirs publics sur la question de la privatisation du rail, l’idée de ségrégation tenue dans chaque modèle d’urbanisme et fait deux trois références à la mesure d’une pensée gargoviste sur la ville sexuelle, vous sentez enfin que vous tenez l’objectif de conclure avec cette fille. Ah au fait, elle aussi était urbaniste…

Catégorie:Insolite
Billet précédent
Do U Know LYON ?
Billet Suivant
Un pas de plus vers le Stade des Lumières
L'auteur
Josselin Thonnelier

Diplômé de l'Institut d'Urbanisme de Grenoble en Urbanisme et Projet Urbain, de l'Université de Poitiers et de Moncton (Canada) en Géographie et Sciences Politiques.

27 Commentaires

  • 12 décembre 2011 à 17:27
    Yoyo

    Alors là ! chapeau ! Superbe texte, j’ai ris à la fin ! bravo, ça résume pas mal de mes soirées… et même certains de mes repas de famille !!

    Oh! l’erreur fatale : parler du PLU !

    Parfois j’en ai même marre d’expliquer ce qu’est l’urbaniste (parce que la bête peu prendre plusieurs formes), alors je balance naïvement : « c’est l’architecte de la ville »

    RÉPONDRE
    • 12 décembre 2011 à 17:46

      Génial ! Une impression de vécu à la lecture de ton article ! 😀 Pour ma part, à la question c’est quoi un urbaniste ? j’ai pour habitude de répondre : c’est un peu le médecin de la ville ! ça passe bien surtout pour le gens du milieu médical ^^ ! ! !

      RÉPONDRE
      • 13 décembre 2011 à 18:02
        Simon

        et la différence entre le médecin et l’urbaniste, le médecin enterrent ces erreurs…

      • 7 mars 2012 à 10:03
        Vanessa

        Bonne réponse 🙂

      • 21 mai 2014 à 11:02
        Renan

        Marianne confirme.

    • 13 décembre 2011 à 10:20
      Pierre Tardy

      Et quand on te pose la question « mais alors c’est quoi la différence avec un architecte ? », tu réponds avec un air grave « l’architecte construit des bâtiments, moi je fabrique des quartiers… » et là tu prends une gorgée de bière pour laisser un blanc lourd de sens !

      RÉPONDRE
  • 12 décembre 2011 à 17:54
    Josselin

    On l’a tous vécu à notre manière… pas facile d’expliquer ce que l’on est au fond! Etre urbaniste c’est vivre une crise de l’adolescence perpétuelle, les boutons en moins;)

    RÉPONDRE
  • 12 décembre 2011 à 17:57
    Fanny

    Récit d’expérience top ! Je vis à peu près la même chose à chaque fois, sauf que mon explication s’oriente plus vers les écoquartiers et la ville durable (histoire de vendre plus de rêve encore !) J’évite évidemment de parler de l’organisation de la profession. Le plus fou c’est qu’il n’est arrivée de faire pratiquement le même genre d’explication auprès d’architectes.

    RÉPONDRE
  • 12 décembre 2011 à 20:16
    Clem

    Josselin, tu as oublié de dire qui était la fille…. ^^

    RÉPONDRE
    • 12 décembre 2011 à 20:24
      Josselin

      Ah non Clément! Toutes ressemblances avec des lieux ou des personnes existantes seraient purement fortuites!

      RÉPONDRE
  • 12 décembre 2011 à 21:32
    Guillaume

    Vraiment bien!! J’adore la chute.
    C’est vrai qu’expliquer simplement ce qu’on fait n’est jamas facile et encore moins dans une soirée alcoolisée! ^^

    RÉPONDRE
  • 12 décembre 2011 à 22:35
    Anne-Liz

    Et les aménagistes ?? Et est ce que les urbanistes traitent aussi des territoires supra-communaux ? (les départements, les régions, les PNR???)

    RÉPONDRE
  • 12 décembre 2011 à 22:57
    Justine

    Bien vu. Moi je teste parfois le : « Tu connais Sim City? Ben c’est pareil mais en vrai !!! »

    RÉPONDRE
    • 12 décembre 2011 à 23:02

      Haha c’est vrai que le Coup de Sim City passe bien parfois 😀

      RÉPONDRE
  • 12 décembre 2011 à 23:00
    Pierre-Alexandre Evrard

    Très très bon…

    RÉPONDRE
  • 12 décembre 2011 à 23:21
    HélèneG

    Ça a du bien la faire rire, au moins !
    Dans le même genre, la question récurrente pour les architectes :
    « Ah oui…, architecte…, architecte d’intérieur ou d’extérieur ? »

    RÉPONDRE
  • 12 décembre 2011 à 23:25

    Article très drôle et, ma foi, fort juste.
    A tel point qu’en mettant un mot sur mon blog pour le signaler, je me suis senti obliger de préciser que je ne l’avais pas inspiré ;o)

    RÉPONDRE
    • 13 décembre 2011 à 17:24
      Josselin

      Merci à toi Benoît! Je connaissais ton blog pour y être passé quelque fois… Continue à le tenir à jour, histoire d’enrichir la profession et de mettre à mal cette ignorance sur un métier qui nous caractérise;)

      RÉPONDRE
  • 13 décembre 2011 à 23:15

    Depuis deux ans, je suis « bouffé » par mon boulot et donc j’ai du mal à trouver de la disponibilité mentale pour écrire.
    Mais cela fait partie des objectifs vitaux pour 2012 : retrouver de l’équilibre et se faire plaisir !

    RÉPONDRE
  • 15 décembre 2011 à 02:53
    timon

    « urbaniste fantasmé », une nouvelle rubrique qui vend du rêve ; )

    RÉPONDRE
  • 15 décembre 2011 à 20:46

    Mise en pratique pas plus tard qu’hier soir !
    > »Et tu fais quoi ? »
    > Bah de l’urbanisme !
    > »Ah ok et en Français ça donne quoi ? » …. 😀

    RÉPONDRE
  • 20 décembre 2011 à 19:44
    Patrick

    ‘Un urbaniste ca fait quoi?’

    L’architecte design un bâtiment, l’ingénieur le fait tenir debout, l’arpenteur aligne la propriété…

    Et je moi…, je le rend vivable.

    RÉPONDRE
  • 2 janvier 2012 à 22:48

    Vraiment, je me retrouve dans ce texte (sauf à la fin car je ne suis jamais tombé sur une urbaniste)… mais j’ai vraiment rit !

    C’est vrai qu’expliquer ce que l’on fait n’est parfois pas évident et c’est vrai qu’arriver au « concret » qu’est le PLU ou la prospective n’est parfois pas évident !

    Mais bon, c’est toujours drôle et peut être générateur d’idées…

    RÉPONDRE
  • 19 février 2012 à 15:36
    Stéphane L

    Comme beaucoup, un sentiment de vécu lors de la lecture.

    Félicitation à l’auteur pour la qualité du texte.

    RÉPONDRE
  • 28 mars 2012 à 12:07
    Kevin D

    Très réaliste, je partage aussi ce vécu : cette question permet de se sentir un nouvel homme à chaque fois, en développant un aspect différent de nos attributions…
    J’aime beaucoup ton commentaire sur « la crise d’ado perpétuelle » de notre métier…

    RÉPONDRE
  • 7 avril 2013 à 17:49
    claire

    Pour plagier Flaubert, l’urbaniste est « comme Dieu dans l’univers, présent partout, visible nulle part »

    RÉPONDRE

Soumettez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.