Accueil > Magazine > Architecture > Allianz-Riviera : un éco-stade à Nice pour cet été

Allianz-Riviera : un éco-stade à Nice pour cet été

C’est à Saint-Isidore (06), quartier situé à l’ouest de , juste à côté du cours d’eau du et de l’autoroute A8, que verra le jour le Allianz-Riviera.

Allianz-Riviera

Vue générale du futur de Nice : l’Allianz-Riviera. Crédits photo : Wilmotte & Associés

Le stade de 35 000 places a pour but de remplacer l’actuel stade du Rey qui accueille les matchs de football de l’OGC Nice. Il sera aux normes de la Ligue de Football Professionnel, mais aussi homologué pour les matchs de avec son terrain de 131 x 73 m.

Conçu par l’agence Wilmotte & Associés en partenariat avec le groupe , ce stade est l’un des premiers, en , à entrer dans la démarche du . Il a été choisi depuis mai 2011 pour être l’un des neuf stades qui accueillera les matchs de l’.

Un complexe sportif à énergie positive…

Les concepteurs ont souhaité limiter l’impact écologique du fonctionnement du stade, mais aussi pendant sa construction. On retrouve les techniques habituelles rattachées au développement durable : géothermie pour le conditionnement de l’air, ventilation naturelle, stockage des eaux de pluie, panneaux photovoltaïque. Ces systèmes permettront d’optimiser la consommation d’énergie et même de produire un surplus à la hauteur de trois fois l’énergie consommée – d’après une plaquette de présentation de 2010. Les déchets issus du chantier sont triés sur place dans différentes bennes pour atteindre « un objectif de valorisation de 40% des déchets inertes de chantier, 60% des déchets industriels spéciaux, aussi appelés déchets dangereux, 60% des déchets industriels banaux, 100% des déchets de terrassement« .

Comme la plupart des stades contemporains, la structure joue également le rôle de façade et de toiture pour affirmer l’unité du bâtiment. Ici c’est une grille tridimensionnelle en qui joue cette fonction : « la plus grande au monde pour une enceinte de ce type, permettra une réduction des émissions carbone tout en couvrant l’ensemble des gradins« . Des entretoises métalliques viennent ensuite tendre des membranes en ETFE (éthylène tétrafluoroéthylène) pour la partie verticale et en PVDV (polyfluorure de vinylidène ou polychlorure de vinylidène) pour la plus grande partie de la toiture. La particularité de ces matériaux est leur aspect translucide qui assure une bonne luminosité naturelle tout en filtrant la lumière.

 

… mais pas que !

Hormis les aspects écologiques, l’optimisation des espaces est aussi revendiquée dans ce projet. Le complexe sportif une fois aménagé pour les spectacles, les concerts ou l’opéra, porte le nombre de place à 45 000. Les loges ou même le stade entier peuvent être privatisés pour les rendez-vous d’entreprises.

Allianz-Riviera souhaite être un lieu de vie à tout moment de l’année en intégrant dans son programme un centre commercial mais aussi le musée national du sport, délocalisé de Paris. Ces fonctions s’inscrivent dans un socle bâti commun avec le stade qui permet de diminuer l’effet « objet posé » et de s’aligner avec la route.

Les parkings sont en majorité en sous sol pour éviter l’imperméabilisation du sol ainsi que « le côté disgracieux du stationnement de plein air« . La place économisée est dédiée aux bus et à la future ligne 3 de tramway de Nice. Le projet complète ainsi les autres volets du développement durable par sa multifonctionnalité et s’enrichit en complexité.

Musée National du Sport

Le Musée National du Sport. Crédits photo : Wilmotte & Associcés

Quelle inscription sur le territoire ?

Si les images du projet architectural et le discours des acteurs font penser à un lieu de vie directement connecté au reste de l’éco-quartier, d’autres présentent un stade isolé sur sa parcelle. C’est le cas du schéma de présentation du projet « éco-vallée » dans lequel s’inscrit plus largement le stade.

Nice Eco-Vallée Saint-Isidore

Vue générale du projet Eco-Vallée Saint-Isidore. Crédits photo : EPA Plaine-du-Var

Il ne restera qu’à aller voir, après son ouverture attendue pour août 2013, comment s’organisera la relation entre le stade et son environnement et si les habitants, les commerçants et les visiteurs occasionnels se saisiront du projet comme attendu pour créer un véritable lieu de vie.

En bonus, une photo de l’état actuel du chantier : mise en place de la membrane.

Chantier Allianz-Riviera

Etat actuel du chantier de l’Allianz-Riviera, le 27 avril 2013. Crédits photo : Yoann Foucher

À propos de Yoann Foucher

Architecte DE depuis 2012 Doctorant en architecture du laboratoire ART-Dev à Paul Valéry, Montpellier III, et LIFAM à l'Ecole Nationale Supérieure d'Architecture de Montpellier Thème de recherche : urbanisme commercial et développement durable Sujet : Mutations des zones d'activités commerciales périurbaines

À lire également