15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300
   

En 2018, du ski sur un incinérateur géant à Copenhague

Il y a un peu plus de six ans, la célèbre agence danoise Bjarke Ingels Group (BIG) dévoilait un projet de construction d’une centrale électrique abritant une piste de ski sur son toit tout en étant capable de fournir à la ville de Copenhague de l’électricité et de l’eau chaude grâce à la combustion de matériaux recyclés.

L’architecture hors normes de ce bâtiment devait permettre cet usage sportif inédit.

Le projet s’est finalement concrétisé et après une première phase de tests, l’usine devrait permettre, dès cette année, de traiter 400 000 tonnes de déchets par an pour alimenter 160 000 foyers en eau chaude et 62 500 foyers en électricité.

 

Côté piste de ski, les travaux ont débuté et seront achevés en septembre 2018. L’Agence danoise SLA, vient de dévoiler les plans d’aménagement définitifs du toit de la centrale.

L’idée de base de l’Agence Bjarke Ingels Group était de se réapproprier cet espace, généralement inutilisé sur de nombreux bâtiments. Durant les mois d’été le rooftop imaginé par SLA offrira aux visiteurs un sentier de randonnée permettant de gravir l’édifice, des espaces de jeux pour enfants, plusieurs structures de fitness ainsi qu’un mur d’escalade – le plus haut mur d’escalade du monde – et d’improbables vues sur le paysage environnant. En hiver, le parc sera complété par une piste de ski de 500 mètres de long.

L’aménagement d’un tel espace de 16 000 m² n’est pas évident puisqu’il faut tout d’abord répondre aux exigences de sécurisation d’un espace public s’élevant à 88 mètres de haut. De même la sélection d’arbres et de plantes n’est pas anodine, les conditions de développement n’étant pas forcément favorables à cette hauteur, dans un terrain en pente raide. Les plantes du parc ont ainsi été sélectionnées en fonction de leur résilience à ce type de milieu mais également par rapport à leur capacité à se muer en brise-vent pour les visiteurs.

L’objectif est de faire en sorte que CopenHill – le surnom donné à l’édifice – devienne un espace public récréatif et dynamique dont les habitants pourront profiter tout au long de l’année.

L’Amager Bakke Rooftop Park nous offre une démonstration inédite des possibilités de valorisation d’un bâtiment par sa toiture. Le futur de nos villes semble passer par l’intégration et l’application de cette notion.

Billet précédent
Villes petites et moyennes : une conviction environnementale
Billet Suivant
Comment continuer à investir dans les projets urbains ?
L'auteur
Edouard Malsch

Urbaniste, Géographe, Co-Fondateur & Community Manager pour UrbaNews.fr.

0 Discussion

Soumettez votre commentaire