15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300
One57 Tower - Wade Zimmermann

Christian de Portzamparc signe la plus haute tour résidentielle new-yorkaise

L’ français, , signe la dernière folie des milliardaires new yorkais: une nouvelle résidentielle de 300 mètres de haut en plein cœur de Manhattan.

Baptisé One 57, le nouveau Gratte-Ciel se situe  à l’angle de la Sixième Avenue et de la 57e Rue, dans l’un des quartiers les plus prestigieux de la , proche de Carnegie Hall, Columbus Circle et offre des vues époustouflantes, à 360 degrés, sur toute la Ville. Du haut de ses 300 mètres, cette nouvelle tour résidentielle est désormais la plus haute de la skyline new-yorkaise. Et ce jusqu’à la livraison de la tour 432 Park Avenue, prévue pour 2015…

Commandée en 2005 par Gary Barnett, le président d’Extell – une société de promotion immobilière new-yorkaise – le projet définitif ne voit le jour qu’en 2009, après plusieurs années de recherches et quelques dizaines de maquettes d’étude sur différents scénarii de programmes de volumes et de grandes hauteurs. Les parcelles, finalement acquises par le , dessinent une forme de “L“ dont l’Architecte Français a su tirer parti pour donner à la structure de la tour, de véritables lignes de forces, et ce, malgré sa maigreur apparente.

Bâtie sur une emprise au sol minimale de 579 m², cette tour est une véritable prouesse technique. L’effet de balancier, à cette hauteur et pour une structure si mince, aurait du être, un frein majeur, à sa réalisation. L’installation d’un gigantesque amortisseur de masse, dans le haut de la tour, a notamment permis de concrétiser le projet comme le rapporte Le Courrier de l’Architecte. L’amortisseur est un gigantesque contrepoids pendulaire, destiné à réduire l’effet du vent et prévenir les dégâts en cas de catastrophe naturelle.

Le résultat compose avec les impératifs structuraux pour une tour très élancée et avec la réglementation des alignements et droits aériens propres à ce site bien particulier. La tour surplombe majestueusement  qui se déroule tel un tapis à ses pieds. Sur la façade sud, une trame verticale de bandes contrastées, composées de 8 400 panneaux de deux teintes de verre différentes, « évoque l’énergie d’une cascade dans la verticalité de  » et relie tous les corps de volumes par des surfaces de transition incurvées abritant des terrasses habitées.

Le programme comprend un Hôtel Park Hyatt et, aux étages supérieurs, de magnifiques avec vues sur Central Park dont les prix de vente sont tout simplement hallucinants… Le prix des appartements des deux derniers étages avoisinent ainsi les 90 millions de dollars, et ceux des sept étages inférieurs sont compris entre 45 et 50 millions de dollars. En bref, une tour exclusivement réservées aux plus fortunés…

Billet précédent
Prospective et design fiction: rencontre avec le [pop-up] urbain
Billet Suivant
La sélection de Noël de la rédaction
L'auteur
Edouard Malsch

Urbaniste, Géographe, Co-Fondateur & Community Manager pour UrbaNews.fr.

57 Commentaires

Soumettez votre commentaire