15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300
ecommunauté-CNFPT
   
© RSI + Foujimoto + NLA paris + Oxo Architects - Montpellier - l'Arbre blanc

Montpellier : l’Arbre Blanc, une folle idée japonaise

© RSI + Foujimoto + NLA paris + Oxo Architects - Montpellier - l'Arbre blanc

© RSI + Foujimoto + NLA paris + Oxo Architects – Montpellier – l’Arbre blanc

Une nouvelle tour de 17 étage baptisée  » l’Arbre Blanc  » et imaginée par l’architecte japonais Sou Fujimoto devrait prendre place à l’entrée de la Cité Héraultaise d’ici fin 2017. Les agences françaises Nicolas Laisné Associés et Manal Rachdi Oxo Architectes sont associées au japonais.

Au fil du temps, Montpellier nous a peu à peu habitué aux courbes et formes atypiques, en jouant sur son image de Capitale de l’Architecture.

Qu’on se le dise, à Montpellier les  » archistar  » sont un peu chez elles. Ricardo Bofil, Massimiliano Fuksas, Zaha Hadid, Jean Nouvel, Paul Chemetov, Manuelle Gautrand, Bjarke Ingels… Un vrai casting de starlettes à faire rougir n’importe quel étudiant de première année d’école d’architecture, dont les réalisations traduisent parfaitement le cosmopolitisme de cette ville du sud, quitte à manquer parfois d’unité…

Afin de poursuivre dans cette tradition de l’architecture innovante, la Ville de Montpellier a décidé, en avril dernier, d’impulser la conception et la réalisation de 12 nouvelles  » Folies  » du XXI° s. En référence à l’histoire de la ville qui accueillit au XVIII° s., en sa périphérie, de fantasques demeures conçues par des architectes locaux, pour des aristocrates ou de grands bourgeois, baptisées  » Folies Montpelliéraines « .

L’architecte japonais Sou Fujimoto est le lauréat du concours lancé pour la réalisation de la toute première folie contemporaine.  » L’Arbre blanc  » devrait ainsi prendre place sur les bords de la Lez, à proximité de la bibliothèque universitaire. Du haut de ses 17 étages pour 56 mètres, il accueillera 120 appartements, et au sommet, un restaurant, un bar et une galerie d’art avec vue panoramique. Les futurs habitants devraient se voir proposer non pas un appartement unique, mais un espace flexible. Chacun pourra choisir l’emplacement qui lui convient et le plan associé offrant ainsi de multiples possibilités d’aménagement.

 » Je me suis inspiré directement du climat montpelliérain et d’une qualité de vie tournée vers l’extérieur. Le logement devient ouvert et projeté vers l’extérieur  » ajoute Sou Fujimoto.

Le coût de « L’arbre blanc » est évalué à quelques 40 millions d’euros

Catégorie:Architecture, France
Billet précédent
Le projet fou du pont de 7,5 km pour relier la Russie à la Crimée
Billet Suivant
Le Chai du Château Les Carmes Haut-Brion dessiné par Philippe Starck
L'auteur
Edouard Malsch

Urbaniste, Géographe, Co-Fondateur & Community Manager pour UrbaNews.fr.

24 Commentaires

Soumettez votre commentaire