15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300
   
Tour Triangle - Herzog & De Meuron

Oui au Triangle Parisien !

Relancé en 2011, par la Mairie de Paris après des débuts tumultueux, le Projet de Tour Triangle, vient de franchir une étape importante : le commissaire enquêteur ayant rendu un avis positif à la suite de l’enquête publique portant sur la révision simplifiée du Plan Local d’Urbanisme (PLU) nécessaire à l’édification du Gratte-Ciel, porte de Versailles.

Le rapport retranscrit l’avis des Parisiens qui se sont largement exprimés en faveur du projet, mais à trois conditions :

– le maintien du positionnement concurrentiel du Parc des Expositions, attenant à la Tour, en particulier au niveau européen,

– une circulation supportable,

– et l’atténuation des ombres portées, notamment sur les immeubles du Boulevard Victor.

Tour Triangle - Herzog & De Meuron

Tour Triangle - Herzog & De Meuron

La réalisation d’études complémentaires, concernant les 2 derniers points serait d’ores et déjà programmée. Pour le 1er point, la Ville de Paris confirme que « l’objectif du projet « Triangle » est bien de conforter le rôle majeur du Parc des expositions de la Porte de Versailles dans l’organisation des foires et salons, à l’échelle européenne, en lui donnant une meilleure visibilité, en renforçant la mixité urbaine et l’attractivité de ce secteur« .

Tour Triangle - Herzog & De Meuron

Tour Triangle - Herzog & De Meuron

Conçue par les architectes suisses Herzog & De Meuron, la Tour Triangle devrait culminer à 180 mètres de hauteur. Elle abritera essentiellement des bureaux sur 88 000 m². Légèrement aplati sera posé sur une base d’environ 200 mètres de longueur, l’édifice s’élevera selon un axe Sud-Ouest/Nord-Est, entre le boulevard périphérique et le boulevard des Maréchaux, au sud du Palais des Sports, le long de l’avenue Ernest Renan, ce qui devrait en principe, ne générer des ombres portées que sur les halls du parc des expositions.

Tour Triangle - Herzog & De Meuron

Tour Triangle - Herzog & De Meuron

Le dépôt de demande de permis de construire devrait intervenir en 2012 et le contrat final être signé une fois, l’autorisation purgée des recours et la démolition du hall 1 du parc des Expositions terminée.

Catégorie:Architecture
Billet précédent
Clip of Friday : Project Glass
Billet Suivant
TGV : Le tracé du futur GPSO dévoilé
L'auteur
Edouard Malsch

Urbaniste, Géographe, Co-Fondateur & Community Manager pour UrbaNews.fr.

3 Commentaires

  • 9 avril 2012 à 00:32
    opak

    Pour egalement,Paris doit renouer avec l ambition architecturale pour ne pas se laisse distancer Londres et je la trouve elegante. Son architecture specifique clive forcèment.
    Par contre réduire les ombres portées? Par quel procédé?
    Et d aprés les images de présentation le rez de chaussée est animé,dévolu a des commerces(restau cafés etc) bonne nouvelle mais est ce bien sur?
    car en France on a encore fait aucune tour avec un rez de chaussée animé et donnant sur rue comme savent le faire les americains.Soit on fait de la dalle soit la tour est entierement occupée par des bureaux .
    Ca serait donc une première
    Suand aux recours c est le passage obligé en France, surtout a Paris.Encore un peu de patience.

    RÉPONDRE
  • 10 avril 2012 à 02:32

    Publié dans movitcity.blog.lemonde.fr le 8 octobre 2008 : Une tour belle mais conne à la fois.
    « Jeudi dernier lors de la présentation du projet à la presse, le maire de Paris, Bertrand Delanoë a trouvé des accents lyriques pour défendre ce premier des six sites choisis pour construire en « hauteur » à Paris et dépasser le plafond de 37 mètres du Plan local d’urbanisme. « J’ai l’intuition que Jacques Herzog et Pierre de Meuron vont accomplir – pour ce temps, car ils sont jeunes – la plus belle de leur œuvre. Certes, il y a toujours une part de subjectivité, mais pour moi ce projet est d’une beauté inouïe », a-t-il insisté à propos de cette pyramide très effilée (200 mètres à la base et entre 180 et 200 mètres de hauteur) et toute en transparence.

    Un bel hommage auquel Jacques Herzog a été d’autant plus sensible qu’il déplore une lente disparition de la beauté dans l’architecture au profit du fonctionnel. « C’est très courageux de votre part » a-t-il adressé au maire de Paris. Vous êtes le seul homme politique à oser utiliser le mot beauté. Or on a malheureusement oublié que la beauté est fondamentale dans notre vie et l’architecture, elle aussi, a oublié d’utiliser ça. Je constate souvent qu’il est presque défendu aujourd’hui de parler de beauté au risque de nous renvoyer uniquement à son côté superficiel. Mais la beauté est toujours une complexité qui permet d’intégrer tous les besoins d’un être humain dans le bâtiment. Dans le modernisme, l’architecture s’est réduite elle-même à des fonctions. Il faut réintégrer l’architecture afin qu’elle puisse jouer tout son potentiel pour embellir notre vie ». » Le moniteur-Expert

    Je ne résiste pas à l’envie de livrer cet extrait un peu long mais très symptomatique de « l’effet parfum » de l’architecture aujourd’hui. Autour de tours qui ressemblent à s’y méprendre à des flacons de parfums, s’instaure une valse de compliments et de congratulations de la part des politiques et des architectes, comme enivrés par les effluves du chic, du riche et du people.

    Certes la tour de Herzog et de Meuron est « belle », mais est-ce bien l’endroit où il fallait la poser, cette si belle chose ? Car si l’architecture doit ne pas oublier d’être belle comme le souligne le fringant Herzog, elle se doit aussi d’être au bon endroit.

    Actuellement 10 équipes, après un faux choix, planchent pour définir l’avenir urbain du Grand Paris. Dans ce cadre-là, n’aurait-on pu leur laisser la possibilité de décider si la Porte de Versailles était le meilleur endroit pour conserver les halls d’expositions et pour y implanter, en plus, une tour de bureaux, si belle soit-elle. La seconde couronne n’est-elle pas l’endroit où reporter une centralité dont on dit qu’elle est fabuleuse ? De plus est-il judicieux d’aller installer un monument, c’est ainsi que l’Herzog qualifie son flacon dans cette petite vidéo pleine de fragances louis-philipparde, coincé au bord du périphe, comme si on n’avait surtout pas voulu qu’elle franchisse les fortifs…. Le maire de Paris garde encore, malgré ses déclarations, de grandes difficultés à accepter un équilibrage des centralités et des « belles choses » dans un périmètre plus grand que le sien.

    Il me semble que le Grand Paris aurait dû permettre de vider la Porte de Versailles de ses halls d’expositions, et de ses voitures, pour les replacer dans un équilbre territorial plus large et plus judicieux que la simple volonté d’avoir tout chez-soi. La Porte de Versailles libérée pourrait alors accueillir un ensemble d’habitat dont le maire de Paris rappelle sans fin le besoin.

    L’important ce n’est pas que la chose soit belle mais qu’elle soit placée au bon endroit. Sinon elle risque d’être en plus très conne….

    Le titre de l’article du Moniteur-Expert est particulièrement bien choisi : « Une icône pour le Grand Paris », cela tonne comme un ensemble de lapsus. En quoi le Grand Paris a-t-il besoin d’une icône et en plus à cet endroit ? On se précipite pour justifier : « c’est moi qui l’ai dit le premier ! ». Le travail des 10 équipes sur le Grand Paris semble bien mal parti…. 8 octobre 2008 : http://movitcity.blog.lemonde.fr/2008/10/08/une-tour-belle-mais-conne-a-la-fois/

    RÉPONDRE
    • 13 avril 2012 à 01:34
      TBY

      « De plus est-il judicieux d’aller installer un monument, c’est ainsi que l’Herzog qualifie son flacon dans cette petite vidéo pleine de fragances louis-philipparde, coincé au bord du périphe, comme si on n’avait surtout pas voulu qu’elle franchisse les fortifs…. Le maire de Paris garde encore, malgré ses déclarations, de grandes difficultés à accepter un équilibrage des centralités et des « belles choses » dans un périmètre plus grand que le sien. »

      Je souscris a ce reproche, Delanoe n a jamais voulu de Grand Paris, concept qui lui fait peur.
      On avait déja vu ca avec le nouveau roland garros ou le parc des princes, qu il fallait absolument retenir dans intra muros .Il a beau couvrir des parties de périph’ il ne crée toujours aucun continuité avec la première couronne puisqu il installe des espaces verts faisant coupure.
      Delanoe est le personnage d une époque qui doit se finir.
      Par ailleurs il y a le problème d une tour isolée, la tour montparnasse attend toujours des copines avec qui converser.

      RÉPONDRE

Soumettez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.