Accueil > Localisation > International > Nature, Infrastructure et Condition Urbaine

Nature, Infrastructure et Condition Urbaine

Afin de faire suite au récent post sur le Mystérieux Genie Urbain, cet article a pour but d’approfondir le thème des relations entre les infrastructures urbaines et le milieu naturel. Alors voilà, pourquoi ces relations constituent aujourd’hui un tournant de la condition urbaine ?

Un peu de Géoarchéologie

De l’époque médiévale à la Renaissance, le réseau très dense des cours d’eau naturels, qui était vital pour les industries (voile, rideau, draperie et cuir), représentaient une caractéristique forte de l’environnement urbain du nord de la France. D’après Les Temps de l’Eau : La Cité, l’Eau et les Techniques (1983) d’André Guillerme, la période entre la fin du Moyen Âge et le début du 18e siècle est une époque à laquelle de nombreuses villes du nord d’Europe comme Amiens, Rouen, Beauvais ou Bruges s’urbanisaient à partir du système hydrographique naturel (cours d’eau, rivières). Leurs infrastructures sont dessinées par le paysage aquatique (waterscape) et/ou terrestre (landscape) et sont le socle des formes urbaines de la . Cela leur vaut le « droit » à l’expression de « petites Venises du nord » (voir l’analyse comparative ci-dessous). 

Comparaison des réseaux hydrographiques de et de quelques villes du nord de la France. (Source : A. Guillerme, 1983)

Depuis quelques décennies, les villes se développent de façon dramatique. La condition urbaine était devenue la norme de construction, peu importe l’environnement naturel. Mais bien sûr, l’imperméabilisation trop importante du sol a vite fait émerger plusieurs dysfonctionnements du milieu urbain. Les éléments naturels ne peuvent plus être considérés comme des artefacts. Des parcs aux friches, de la gestion des eaux à l’agriculture urbaine, la représente en réalité une dimension fondamentale de l’urbanisation. De plus, les infrastructures urbaines qui auparavant étaient perçues comme un adversaire de la , apparaît parfois aujourd’hui comme une réserve de biodiversité, de sauvage en ville. Aujourd’hui beaucoup d’élus et architectes n’ont que ces mots à la bouche, souvenez-vous de l’exposition « La ville Fertile » ou bien du passionnant manifeste de Gilles Clément sur le Tiers-Paysage.

En Europe, les terres non cultivées et délaissées des autoroutes, voies de chemin de fer etc, sont devenues de véritables réserves de biodiversité. Plus marquant, le Tiers-Paysage est souvent vecteur de nouvelles espèces (importées par du remblais venu d’ailleurs ou autre) qui arrivent parfaitement à s’adapter au nouveau , peu importe l’.

Une autre réalité est celle de l’effervescence des catastrophes naturelles partout dans le monde. Plus que jamais, on s’intéresse de près aux interactions Nature/Infrastructure afin d’assurer la stabilité et la durabilité d’un territoire. Ainsi, la condition du XXIe siècle est celle de l’écologie urbaine, où les infrastructures sont le socle de la nature.

Learning from disasters

La semaine dernière, le monde occidental était hanté par le phénomène Irene. La remise en question de l’ du XXe siècle est évidente et ce qui est frappant c’est que les meilleures idées sortent souvent en temps de crise ou de catastrophes naturelles ou technologiques (lire les articles de Transit-City à ce propos ici et ). 

"Aqualta" par le Studio Lindfors pour New-York (2009)

Encore une fois, les comparaisons avec Venise ne manquent pas. Voir  et d’autres images par ici.

Enfants d’André Guillerme et d’Antoine Picon, il nous vient légitime de se demander pourquoi Venise est-elle la seule ville au monde a bénéficier des mérites d’une urbanisation en adéquation avec la nature ? Et d’ailleurs qui voudrait aujourd’hui vivre à Venise ? Cette ville-musée par excellence, peuplée soit de touristes soit de logements vacants à la propriété de riches émirats, acteurs ou sportifs internationaux ? Pourquoi voudrions-nous tant faire de Venise un modèle de développement urbain ? La condition de l’écologie urbaine n’est pas synonyme de Venise, du moins je l’espère.

Ces innombrables comparaisons avec Venise m’agacent. J’aimerais qu’un jour un projet urbain s’inspire de Noyon, de Senlis ou encore de Provins !

Sur le même thème

À propos Bruno Morleo

Rédacteur et associé / Diplômé en Master Génie Urbain, spécialité développement urbain durable - Chargé de mission Développement Durable au sein d'une collectivité territoriale.