Accueil > Localisation > International > Les « superblocks » à la rescousse de l’urbanisme catalan

Les « superblocks » à la rescousse de l’urbanisme catalan

La capitale catalane envisage une réduction drastique du trafic pour lutter contre la pollution et les niveaux de bruit devenus insupportables.

Barcelone est rythmée depuis 150 ans par le plan visionnaire de l’urbaniste Cerdà qui réforma son et son extension urbaine en 1860. Mais ce qui, autrefois, fût conçu pour rendre la ville plus saine, doit être désormais repensé pour ces mêmes raisons. De récentes études établissent que 3 500 décès par an seraient dus à la pollution de l’air et que plus de 60 % des habitants subiraient des nuisances sonores susceptibles d’avoir des répercussions sur leur santé.

Comme l’indique The Guardian, la municipalité catalane a mis au point un nouveau plan de pour rendre la rue aux habitants. Objectif : une réduction de 21% du trafic en interdisant la circulation automobile dans 60% des rues de la ville. Les rues ainsi rendues aux piétons seront transformées en « espaces citoyens ». L’idée est de recréer des mini-quartier ou « Superblocks » plus ou moins imperméables aux voitures. Ces dernières ne représentent en effet que 20% du total des de la cité catalane alors qu’elles occupent 60% des espaces…

Le manque d’espaces verts est également une des raison ayant conduit à la mise en oeuvre de cette nouvelle organisation. Barcelone n’offrirait ainsi en moyenne que 6,6 m2 d’espace vert par habitant (1,85 pour les quartiers de l’Eixample et 3,15 à Gràcia) ce qui se rapproche des niveaux d’une ville extrêmement dense comme Tokyo. Et demeure bien loin de Londres (27 m2) ou d’Amsterdam proche des 87 m2. Alors que l’organisation mondiale de la santé suggère d’offrir au minimum 9 mètres carrés par habitant.

Cette ambitieuse réforme sera déployée progressivement à toute l’agglomération et en premier lieu, dans le quartier de l’Eixample, dont la trame en damier de blocs carrés, imaginée par Ildefons Cerdà devrait faciliter sa mise en oeuvre. Concrètement, chaque « Superblock » est composé de neufs « carrés » du damier de Cerdà. La circulation est alors limitée aux voiries périphériques des « Superblocks » et n’est autorisée, dans les rues internes, que pour les résidents et les livraisons, à une vitesse réduite de 10km/h. Cette nouvelle structure urbaine devrait notamment permettre de libérer quelques 160 intersections à transformer en .

Outre la réduction de l’utilisation de l’automobile, la ville souhaite également accroître les mobilités alternatives. 300 km de nouvelles pistes cyclables seront ainsi déployées. (La ville en compte environ 100 km) Enfin un important chantier est également engagé sur le réseau de pour que chaque habitant soit désormais situé à moins de 300 mètres d’un arrêt avec un temps d’attente moyen de 5 minutes quelque soit l’arrêt contre 14 aujourd’hui…

Sur le même thème

À propos Edouard Malsch

Urbaniste, Géographe, Co-Fondateur & Community Manager pour UrbaNews.fr.