15 49.0138 8.38624 1 1 4500 1 https://www.urbanews.fr 300 0
   
Panorama parc Yongsan

Séoul va perdre une zone militaire pour gagner un parc

« Faites l’amour, pas la guerre », c’est en tout cas ce à quoi nous fait penser le projet de la ville de Séoul, dont West 8 (les responsables du Twist Bridge), va se charger.

Désignée par le ministère sud-Coréen en charge du Territoire, des Transports et des Affaires maritimes, l’agence Néerlandaise va en effet  mettre en place son projet de requalification en parc urbain d’un terrain de 243 hectares occupé … par l’armée américaine !

le parc Yongsan
Le parc Yongsan tel que projeté par West 8

 

Encerclée par la ville, la garnison de l’oncle Sam va quitter les lieux d’ici 2017, laissant derrière elle le vaste espace sur lequel repose la colline du Dragon. C’est dans ce contexte qu’un appel à projets international avait été lancé pour la création du Yongsan Park.

Conçu autour du thème de la guérison, le projet a trois objectifs :

  • La guérison de la nature
  • La guérison de la culture
  • La guérison de l’histoire

Plus concrètement (et en des termes moins commerciaux), cela signifie que le parc conservera un certain nombre d’ensembles architecturaux qui pourront rappeler l’usage antérieur du site, tout en le remodelant et en le végétalisant. D’après ce que l’on peut voir sur Google Map, ce dernier aspect va probablement demander un travail conséquent …

Panorama parc Yongsan
Un panorama qu’offrira le nouveau parc de Séoul

D’un point de vue paysager, le parti pris est étonnant, puisque l’objectif du projet est de créer l’illusion d’un paysage Coréen naturel. Un lac sera même créé au centre du site et les remblais serviront à façonner de nouveaux reliefs. L’ensemble sera relié à la ville par de nombreux ponts piétons, complétés par un axe nord-sud central (je vous laisse apprécier sa description originelle : « a robust green-blue ecological Spine« ).

Le projet vous semble fou ? Sachez que l’État Français a lancé une procédure de vente pour des terrains militaires à proximité de Toulouse. Raleigh Studio, premier studio de cinéma indépendant des États-Unis (selon leur site) semble déjà se positionner pour y bâtir un studio de cinéma géant…

Pour en savoir plus : Le site de West 8

Source : Le Moniteur
Crédit photo : West 8

 

 

Billet précédent
Just Share It : La métropole du prêt-à-partager
Billet Suivant
Clip of Friday : Venice in a Day
L'auteur
Jérémy Berdou

Cofondateur d'Urbanews.fr. Chargé d'études Environnement & Territoire chez Girus Viadeo | LinkedIn

3 Commentaires

  • 10 mai 2012 à 09:32
    denis

    « Plus concrètement (et en des termes moins commerciaux) » dans notre culture occidentale cette interprétation serait vraie à coup sûr…en Asie peut-être moins. L’approche spirituelle de l’architecture et du paysage me semble ancrée dans leur culture.

    Après c’est peut-être tout à fait vrai mais je resterais plus nuancé, moins catégorique.

    RÉPONDRE
  • 10 mai 2012 à 14:07

    Merci Denis pour cette remarque, il est vrai que la formulation est assez « sèche » !

    Néanmoins, si approche spirituelle de l’aménagement asiatique il y a, il ne me semble pas approprié d’en parler dans ce cas précis, puisque cet aspect n’est justement pas évoqué dans l’argumentaire développé par West 8. L’aspect culturel du projet, qui pourrait s’en approcher, étant essentiellement traité sous l’angle des connexions permises par le parc (ponts, axes modes doux, rôle d’interface…)

    C’est la raison pour laquelle l’usage du mort « guérison », dont la présence dans le texte n’est pas indispensable et peu corrélée au contenu du projet, m’a semblé relever d’une démarche « d’habillage argumentaire ».

    Cela n’enlève cependant rien au mérite du projet, qui a d’ailleurs été conçu en collaboration avec un cabinet Coréen, IROJE.

    RÉPONDRE
    • 11 mai 2012 à 10:15
      denis

      Je me demandais juste si l’aspect guérison était amené par la maîtrise d’ouvrage ou par WEST 08. J’avais simplement en tête des projets comme le parc d’AWAJI de Tadao Ando où il y avait une logique de « réparer » la montagne qui avait été meurtrie par la carrière pour la construction de l’aéroport.

      RÉPONDRE

Soumettez votre commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.