Accueil > Magazine > Aménagement du Territoire > Sotchi : les jeux de la démesure pour 36 milliard d’euros

Sotchi : les jeux de la démesure pour 36 milliard d’euros

Bolshoi Arena - Sotchi

Bolshoi Arena – Sotchi

Les prochains d’hiver se dérouleront du 7 au 23 février 2014 à Sotchi en . UrbaNews.fr vous propose un retour en images et en chiffres sur ces jeux de la démesure.

Rappelons dans un premier temps que la ville Russe a été choisie comme hôte, au détriment des villes de Salzbourg (Autriche) et Pyeongchang en Corée du Sud. Un choix d’une logique implacable justifié sans nul doute par le climat subtropical dont bénéficie la petite station balnéaire, située au bord de la mer Noire dans la partie Russe du Caucase…

Notons enfin, que l’organisation de Jeux olympiques d’hiver dans une station côtière où l’infrastructure date de l’époque soviétique, nécessite la mise en place de moyens considérables. Les autorités russes ont donc investi massivement pour mettre sur pied, en temps et en heure, un complexe sportif digne de ce nom.

Deux sites olympiques

Les épreuves se dérouleront sur deux sites espacés d’une cinquantaine de kilomètres :

  • Le Parc olympique de Sotchi pour les sports de glace et les cérémonies ( le complexe côtier pouvant accueillir jusqu’à 75 000 personnes ) : avec le Fisht Stadium, l’arène Shaïba,  le Bolshoï,  le palais des sports de glace Iceberg et le centre de curling Ice Cube. 
  • Krasnaïa Poliana, le complexe de montagne pour les disciplines de neige : accueillera les épreuves de ski de fond et de biathlon, le centre alpin Rosa Khutor, le complexe de tremplins Russkie Gorki, le centre de sports de glisse Sanki.

Une facture cinq fois supérieure à la première estimation

Répartie pour moitié entre fonds publics et fonds privés, la construction de toutes les infrastructures atteindrait aujourd’hui 36 milliards d’euros. La facture serait ainsi cinq fois supérieure à la première estimation… Un record encore jamais égalé ! Même à Pékin en 2008, alors que l’on pensait avoir tout vu en termes de démesure, les n’avaient coûté « que » 26 milliards. Les derniers jeux d’hiver de Vancouver avait eux, coûté 1,4 milliard d’euros. Notons que selon les experts, la corruption pourrait représenter de 20% à 50% des dépenses… Une russe dans le coin coûte jusqu’à dix fois le prix d’une française :)

La problématique enneigement

Sous ces latitudes humides et subtropicales, le principal casse tête reste l’enneigement. 24 dameuses ont donc été utilisées pour stocker, l’hiver dernier, quelques 450 000 mètres cube de neige fraîche sous des bâches isothermiques. Un dispositif très coûteux, (environ 6 millions d’euros) mais qui aurait tout de même permis de limiter la fonte à 40 %. Côté canons à neige, la puissance de feu semble également démesurée : soit une capacité de production de 5000 m3 de neige à l’heure, et les précieux conseil de La Compagnie des Alpes pour la mise en place d’une technologie de production de neige ultra moderne.

Sotchi : un gigantesque chantier pour 36 milliard d'euros

Sotchi : un gigantesque chantier pour 36 milliard d’euros

Quel impact sur l’environnement ?

Un nouvel aéroport, 200 km de voies de chemins de fer, un gigantesque pôle multimodal, 400 km de routes, 77 ponts, 12 tunnels et d’innombrables immeubles, pour un volume de constructions assez incroyable, si bien que l’on peut légitimement se demander si tout cela n’a pas été réalisé de manière irréfléchie, dans la précipitation et sans véritable cohérence urbanistique. Les écologistes dénoncent notamment des « dégâts considérables » et un impact « extrêmement négatif » sur l’environnement. Construit au bord de la mer Noire, le parc olympique était auparavant l’une des plus grandes zones agricoles de la région. Ainsi, de nombreuses modifications législatives sur les zones protégées, ou le code forestier ont été apportées pour mener à bien ce gigantesque chantier.

Durable ?

Quid de la durabilité, de la pérennité d’un tel projet dans le temps sachant que la petite ville de Sotchi ne compte que 400 000 habitants ? S’il est certain que la région a pu bénéficier d’un niveau de difficilement égalable (énergie, télécommunications, transports) sans l’accueil des olympiades, on peut tout de même se demander si le chemin n’est pas tracé pour que Sotchi se transforme en une gigantesque ville-fantôme ayant connu son heure de gloire en février 2014 ?

À propos Edouard Malsch

Urbaniste, Géographe, Co-Fondateur & Community Manager pour UrbaNews.fr. Titulaire d'une licence de Géographie et d'un Master 2 Aménagement & Développement Territorial.

À lire également