Accueil > Localisation > International > Du macro-urbanisme aux paysages anonymes, le plaidoyer de Robert Pittman

Du macro-urbanisme aux paysages anonymes, le plaidoyer de Robert Pittman

Difficile de dire quand le macro- a gagné le cœur de nos édiles, mais il est définitivement ancré dans les modes de penser la ville et son pendant le territoire. De la métropolisation à la globalisation, c’est en quelque sorte une forme de consanguinité des villes qu’on lui doit.

Tercia Real master-planned community (abandoned). Murcia, Spain.

Tercia Real master-planned community (abandoned). Murcia, Spain. Crédits photo : Robert Harding Pittman

La ville « générique » ou « franchisée » décrite par David Mangin en est un résultat patent (voir aussi Quel urbanisme pour la ville générique ?). Une ville contemporaine où l’on ne sait plus très bien si c’est la désorganisation spatiale ou le consumérisme qui règne. Une ville où dominent trois modèles, le secteur, la franchise et le et pour lesquels correspondent une « pathologie » : la ville sectorisée, franchisée et individuée.

Ceci est la cause de cela, et il apparaît donc évident que ce modèle transmis, partagé et calqué à l’infini fasse des fausses couches. Et c’est Robert Harding Pittman qui s’en fait le témoin avec un livre et une exposition, « Anonymization« .

Ce photographe américain expatrié en expose dans Anonymization les clichés d’un projet vieux de 10 ans. Ses photos prises aux , en Espagne, en , en Grèce, aux et en expriment l’homogénéisation du modèle urbain, d’où découle des paysages anonymes et inertes. Son travail renvoie à l’urbanisation galopante des villes ; de l’essor à la crise actuelle. Ses clichés dépeignent des chantiers en construction, des grues, des plans rapprochés de fast-food depuis longtemps abandonnés, des parkings vides, des lotissements à peine achevés. Des images dures mais d’une esthétique frappante qui ne peut que nous renvoyer à la condition de l’homme du 21ème siècle.

Ce travail tient du plaidoyer. Visez plutôt les questions qui conduisent Pittman : « Qu’est-ce que la nature ? Est-ce qu’un gratte-ciel new-yorkais est moins naturel que les Redwood de ? Sommes-nous, êtres humains, vraiment au contrôle quant à l’évolution de la Terre, ou est-ce nos actions ?« 

Anonymization présente un début de réponse illustrée à ces questions mais finalement, on peut se demander si l’auteur nous présente des paysages anonymes ou des paysages d’anonymes… Ces clichés ne peuvent être que la métaphore d’une époque qui nous fait perdre nos racines, qui nous plonge dans un individualisme acerbe et qui nous éloigne de valeurs fondamentales. C’est ce que souligne l’écologiste américain Bill McKibben à propos de l’exposition : « Ces images […] nous rappellent à quel point les endroits, les textures, les foyers et les communautés réels se font rares. Dans de nombreux cas, ces clichés sont le visage de l’explosion de la bulle immobilière mais ils parlent aussi et surtout d’une rupture plus profonde, la manière dont nous avons pensé (ou pas) le monde dans lequel nous vivons.« 

À propos Rémy Vigneron

Titulaire d'un master d'urbanisme (IUG),actuellement en thèse d'architecture sur la figure du périurbain durable.

À lire également