Accueil > Magazine > Architecture > Le MAS, nouvelle icône d’Anvers

Le MAS, nouvelle icône d’Anvers

Une fois n’est pas coutume, je vous présente mon coup de foudre architectural de l’année. Un weekend à Anvers lorsque l’on est lillois est facile à faire, 1h15 de voiture et nous voici dans la capitale mondiale du diamant et dans l’un des plus gros port de la planète.

Après avoir observé l’ typique de la Flandre, vu la magnifique Centraal Station (la gare), dont la sortie des voyageurs est gâchée par le bâtiment le plus affreux de la ville : le Radisson Blu Astrid Hotel ; visité la maison de Rubens, arpenté le Meir, découvert l’Hôtel de Ville et la cathédrale Notre-Dame, mon émerveillement a atteint son apogée à la vue du MAS !

Façade du MAS

Façade du MAS ©Neuleings-Reidijk Architecten

Situé dans un quartier assurant la liaison entre le tissu urbain et le port de la ville, sur les rives de l’Escaut, le Musée Aan de Stoorm (MAS) culmine à 65 mètres sur le dock Bonaparte, dans la zone historique des premiers bassins portuaires d’Anvers où se trouvent aujourd’hui les yachts.

Imaginé par l’agence Neuleings Reidijk Architecten (Rotterdam), ce bâtiment doit participer à l’attractivité du quartier, permettant à la ville de se réapproprier ses espaces portuaires. La scénographie des 15 000 m² de l’espace intérieur a été réalisée par B-architecten.

Les pierres de sable d’Âgrâ donnent cette couleur rouge que l’ a choisi en référence à la brique belge, mais aussi en clin d’œil à la Hanzehuis qui autrefois était le lieu d’échanges des marchandises.

Les mains d'Anvers sur la façade du MAS ©Neuleings-Reidijk Architecten

Les mains d’Anvers sur la façade du MAS ©Neuleings-Reidijk Architecten

Plus de 3 000 mains en aluminium ornent la façade du MAS, la main est le symbole de la ville d’Anvers. Cela vient de l’histoire du géant Antigoon qui faisait payer un droit de passage à ceuw qui désiraient traverser l’Escaut, un jeune héros du nom de Brabo lui coupa la main et la jeta dans le fleuve, donnant ainsi son nom à la ville (en néerlandais, hand : la main ; werpen : jeter ; d’où Antwerpen) et lui offrant un symbole. En achetant une main, vous devenez sponsor du musée.

La façade est également composée de grandes vitres ondulées qui permettent, au fil de l’ascension des 9 étages, de contempler toute la ville à des hauteurs différentes grâce à l’ascension hélicoïdale des escalators, avec au sommet du MAS une vue à 360° sur la cité hanséatique.

A l’intérieur des salles d’expositions, le béton brut est omniprésent et aucune lumière naturelle ne pénètre ayant pour effet l’ouverture totale du musée sur la ville lors de la sortie dans les espaces de circulation.

Le MAS de nuit ©Neuleings Reidijk Architecten

Le MAS de nuit ©Neuleings-Reidijk Architecten

La nuit venu, l’éclairage donne une impression de suspension des blocs de pierres au-dessus des docks.

Un conseil : allez-y !

En images

À propos de Pierre Tardy

Rédacteur pour Urbanews.fr. Gérant de l'Atelier urba-T. Diplômé de l'Institut d'Aménagement et d'Urbanisme de Lille (IAUL).

À lire également