Accueil > Magazine > Architecture > Architecture Hobbite : Tolkien était-il un visionnaire ?

Architecture Hobbite : Tolkien était-il un visionnaire ?

« Dans un trou vivait un Hobbit. »

C’est par cette toute première phrase que débute la célèbre saga du Seigneur des Anneaux et plus précisément le tout premier volet « Bilbo le Hobbit«  , dont l’adaptation cinématographique vient tout juste de sortir en salles.

Si l’univers créé par J.R.R Tolkien fait aujourd’hui l’objet de toute notre attention, c’est pour en aborder un élément inédit et finalement peu traité, mais néanmoins tout à fait intéressant, à savoir l’ Hobbite ! Revenons ainsi à cette première phrase d’introduction ayant inspiré toute la saga, puisqu’elle n’est autre qu’une fidèle description de l’habitat des semis-hommes. Quoi de mieux pour s’imprégner d’un univers que d’en imaginer l’ ?

Hobbitebourg

Hobbitebourg

Loin d’être repoussants, ces « trous » sont au contraire extrêmement bien agencés. Ainsi poursuit Tolkien : « Ce n’était pas un trou déplaisant […] c’était un trou de Hobbit, ce qui implique le confort. » On apprend par la suite que ces habitations sont en réalité de deux types, d’une part les trous – ou « smials » pour les experts – mais également des maisons plus abouties, adossées aux petites collines de la Comté, recouvertes pour la plupart de hautes herbes, de paille ou de tourbe avec des murs intérieurs lambrissés légèrement bombés et un sol carrelé. C’est celles-ci qu’on aperçoit finalement le plus dans les films du réalisateur Peter Jackson. S’il est fort probable que les techniques de constructions nécessaires à la réalisation de ces demeures provenaient des Nains ou des Elfes, les Hobbits n’érigèrent pour autant pas de Tours et se contentèrent de allongées, basses et confortables. Ces derniers ont finalement opté pour des demeures conçues pour s’intégrer parfaitement à leur , construites durablement et sans doute énergiquement très efficaces puisque naturellement fraîches en été et plutôt chaudes en hiver ! La terre est à n’en pas douter un excellent isolant et une ressource pleine d’avenir…

Décor de Hobbitebourg employé dans les films de Peter Jackson - Nouvelle Zélande

Décor de Hobbitebourg employé dans les films de Peter Jackson – Nouvelle Zélande

Cet attachement à la nature et ce type de construction leur imposera toutefois une contrainte topographique incontournable, dans la mesure ou les sites adaptés à l’édification de ces vastes tunnels ramifiés ne sont pas légion en Terre du Milieu. Ainsi, accompagnant l’expansion de leur population, ils commencèrent à construire en surface, sur des terrains plats dans des régions basses, produisant de nouvelles formes architecturales finalement plus « classiques » visibles à mesure que l’on se rapproche des frontières de la Comté et donc de « l’urbanité humaine ». C’est une tout autre géographie urbaine qui s’y dessine, marquée par une plus grande coupure avec la nature. Frodon, Sam et Pippin constateront ainsi une multiplication non négligeable des haies et barrières, à mesure qu’ils s’engageront plus avant dans le Pays de Bouc. Une transition astucieusement retranscrite dans l’adaptation cinématographique.

« […] Cette porte ouvrait sur un vestibule en forme de tube, comme un tunnel : un tunnel très confortable, sans fumée […] » Là encore il apparaît que rien n’a été laissé au hasard dans la construction de cet habitat si particulier. En effet, plutôt basses de plafonds, les maisons de style Hobbit, sont également caractérisées par leurs murs bombés, et donc par la rondeur des différentes pièces à vivre. Une astuce non négligeable, dans la mesure ou un espace hémisphérique minimise finalement la surface de l’enveloppe par rapport au volume englobé, soit des échanges thermiques réduits, et donc une conservation accrue de la chaleur ou de la fraîcheur !

Cul-de-Sac - Hobbitebourg (Inspiré du dessin de John Howe voir ci-dessous)

Cul-de-Sac – Hobbitebourg (Inspiré du dessin de John Howe voir ci-dessous)

Si Tolkien n’avait probablement pas à l’esprit ces diverses considérations techniques, l’architecture et le mode de vie des Hobbits, semblables à ceux d’une campagne anglaise pré-industrielle idéalisée, se révèlent proches de la nature. Ce lien privilégié entre les Hobbits bons vivants et respectueux de l’environnement trouvera d’ailleurs son antagonisme le plus évident lors de l’invasion de la Comté par Saroumane. Ce dernier, dont Gandalf dit que « l’esprit est fait d’engrenages et de poulies » y imposera, comme dans son domaine d’Isengard, une forme d’industrialisation à marche forcée. A leur retour, les Hobbits découvrent ainsi que « L’agréable rangée d’anciens trous de Hobbits dans le talus du côté nord de l’étang était abandonnée, et les petits jardins qui descendaient autrefois, multicolores, jusqu’au bord de l’Eau, étaient envahis de mauvaises herbes. Pis encore, il y avait une ligne entière de vilaines maisons neuves tout le long de la promenade de l’étang, où la route de Hobbittebourg suivait la rive. Il y avait autrefois une avenue d’arbres. Ils avaient tous disparus. Et, regardant avec consternation le long de la route en direction de Cul-de-Sac, ils virent au loin une haute cheminée de brique. Elle déversait une fumée noire dans l’air du soir« .

Hobbitebourg

S’attachant à créer une véritable mythologie anglaise, Tolkien s’est donc inspiré, pour loger ses protagonistes les plus sympathiques, de techniques architecturales antérieures à l’ère industrielle. Le réalisateur Peter Jackson ne s’y trompera pas. Pour ses films, il a ainsi décidé de combiner le troglodytisme et l’architecture populaire anglaise de bois, de briques et de pierres, qui trouve elle-même racine dans un lointain passé scandinave. Vient s’ajouter à cela un paysage d’enclos à larges mailles, de haies ou de murets de pierres, inspiré des « enclosures » anglaises. En dessinant en 1995 l’entrée du Smials de Bilbo, le dessinateur John Howe (qui sera notamment impliqué dans la définition de l’ambiance visuelle des films), a également évoqué des inspirations extérieures telles que des chevrons de coque de navire ainsi que des éléments d’églises norvégiennes. La rondeur des différentes ouvertures, est finalement tout à fait semblable à celle des hublots marins.

Bilbo's front Hall - John Howe - 1995

Bilbo’s front Hall – John Howe – 1995

Mais revenons à notre Trou de Hobbit. L’introduction de Bilbo le Hobbit nous apprend également que « le Hobbit n’avait pas d’étages à grimper : chambres, salles de bain, caves, réserves (celles-ci, nombreuses), penderies (il avait des pièces entières consacrées aux vêtements), cuisines, salles à manger, tout était de plain-pied, et, en fait, dans le même couloir« . Bilbo étant d’une situation aisée, il y a fort à parier que cette débauche d’espace n’est pas forcément représentative de la maison Hobbit classique, mais des informations peuvent cependant en être déduites : les meilleures chambres sont ainsi décrites comme possédant des fenêtres donnant sur le jardin, tandis que les pièces utilitaires en sont probablement dépourvues. Bien qu’au même niveau, ces dernières possèdent donc les qualités de nos caves (la fraicheur combinée à une certaine constance thermique et à une obscurité prononcée), sans pour autant obliger l’habitant à changer d’étage et à emprunter des escaliers. La raison en est probablement une plus grande facilité dans la construction, mais les mauvaises langues invoquerons également l’oisiveté dont font preuve les Hobbits. De surcroît, leur mode de vie particulier impliquant six repas par jour, l’installation de réserves nombreuses et facilement accessibles devient un élément de confort indispensable. La forme et l’usage sont donc pleinement compatibles et rendent ces habitations aussi confortables que pratiques.
Décor de Hobbitebourg employé dans les films de Peter Jackson - Nouvelle Zélande

Décor de Hobbitebourg employé dans les films de Peter Jackson – Nouvelle Zélande

 

Finalement, on constate qu’un certain nombre de réflexions contemporaines s’appliquent aux éléments décrits précédemment. Que ce soit en matière d’organisation, de forme ou de pratiques, les différents enjeux de l’Architecture contemporaine trouvent écho dans les récits de Tolkien. « Les mythes que nous tissons, même s’ils renferment des erreurs, reflètent inévitablement un fragment de la vraie lumière […] » résumait Tolkien. Et si demain notre habitat ressemblait à celui des semi-hommes ? Une demeure semi-enterrée et confortable organisant les divers éléments naturels autour d’elle-même et s’intégrant harmonieusement au paysage ? Très discrètement, ce type d’habitat proche de la troglodyte semble d’ailleurs faire de plus en plus d’adeptes. C’est ainsi qu’un jeune entrepreneur californien aurait d’ores et déjà réalisé un modèle réduit d’environ 35 m², enfoncé dans la terre, ne nécessitant aucun chauffage, et isolé de l’humidité, le tout pour seulement 3 000 euros…

À propos Edouard Malsch

Urbaniste, Géographe, Co-Fondateur & Community Manager pour UrbaNews.fr. Titulaire d'une licence de Géographie et d'un Master 2 Aménagement & Urbanisme.

À lire également